25 mai 2008

Zembra en danger

C’est son premier projet d’investissement hors d’Asie, et il a fallu que ca tombe sur la Tunisie, précisément sur un bijou rare du patrimoine national, l’Île de Zembra. « Il », c’est l’homme d’affaire chinois Ruo Hong Li, qui est prêt à investir 600 millions de dollars pour transformer ce véritable paradis écologique en complexe touristique haut de gamme pour riches touristes chinois et américains en soif d’exotisme.

Hong Li, ce « self-made man » qui a grandi enfermé dans un camp chinois pour opposants et pour qui « le profit demeure secondaire » (selon ses propres paroles) a donné récemment une interview au magazine New African où il a parlé de son projet en Tunisie. Ancien fonctionnaire de l’appareil étatique chinois, il s’est vite reconverti dans les affaires. Il a touché à tout, de l’automobile au tourisme en passant par les taxis, avant de se spécialiser dans l’immobilier à Beijing. Sa porte d’entrée en Tunisie a été l’ambassadeur tunisien en Chine, Mr Basli.

Pour justifier son choix du site Tunisie, Hong Li va jusqu’ à citer Ibn Khaldoun : « Selon Ibn Khaldoun, quand l’économique arrive à un certain niveau d’influence sur le politique, cela cause des problèmes sociaux. Les pratiques économiques et les perspectives politiques de la Tunisie sont parmi les meilleures en Afrique ». Il ambitionne de transformer l’île en un haut lieu du tourisme de haut de gamme : « Nous pouvons en quatre ans transformer cette superficie de 400 hectares peuplée d’oiseaux et de poissons précieux, en une île de loisirs écologiques (C’est quoi des « loisirs écologiques » ? Depuis quand l’écologie est-elle un « loisir » ?) et en paradis touristique de la Méditerranée. (…) J’aimerai attirer les clients asiatiques et américains pour lesquels nous devons élaborer un produit haut de gamme, en se spécialisant dans les voyages à thèmes : voyage pour le golf, voyages d’affaires, voyages artistiques »


Ce que nous offre Hang li, ce n’est pas de l’éco-tourisme, c’est de l’éco-terrorisme. Car Zembra n’est pas n’importe quelle île :


Ces deux îles (Zembra et Zembreta) qui font partie des plus beaux endroits de Tunisie sont riches d'histoire. Leur situation stratégique dans le détroit de Sicile a fait qu'elles étaient sur le chemin des conquérants. Occupées depuis par les Phéniciens elles furent ensuite colonisées par les romains sous le nom de " Archipel des Aegimures ". Quelques traces subsistent encore, celles d'installations portuaires dans l'unique petite crique au sud de l'île. Malgré toute leur douceur méditerranéenne elles furent dans un premier temps totalement abandonnées. Au début des années soixante Zembra abrita un Centre nautique international avec une école de voile et de plongée sous-marine avant de devenir à partir de 1973 un parc marin dans une zone de un mile et demi soit prés de 3670 ha. Depuis avril 1977 Zembra et Zembretta ont été décrétées parc national grâce au travail d'un groupe de protecteurs de la nature, et insérées dans le programme international de l'UNESCO (MAB) sur la liste des réserves de la biosphère. Cette protection intégrale a permis un développement de la faune et de la flore marine. Les plongeurs y trouvent les plus beaux fonds de la Méditerranée, un véritable sanctuaire aux crevettes, langoustes et homards. C'est ce qui en a fait peut être aussi le refuge de toute une faune, du fameux phoque moine espèce très protégée de nos jours en passant par des oiseaux de mer, puffins cendrés, goélands argentés et mouettes et une espèce unique de lapins, dont les études récentes ont prouvés son introduction depuis l'époque punique. En automne et au printemps des milliers d'oiseaux appartenant à prés de 100 espèces différentes font escale sur Zembra et Zembretta.

Le véritable enjeu est bien le sacrifice d’un trésor de la biodiversité d'intérêt mondial. Il en est de même du point de vue archéologique et culturel. Un tel projet ne porte aucun enjeu écologique ou environnemental, comme l’a prétendu la petite presse tunisienne. Ces enjeux ne sont que strictement financiers. Mr Hong li est un investisseur international qui investit son argent pour avoir du retour sur investissement. Je doute qu’il ne soucie véritablement de l’équilibre environnemental de l’île, ni qu’il ait mesuré tous les dangers liés à son projet. L’étiquette « écologique » qu’on a voulu coller à ce projet n’est qu’un cache-misère.

Car les risques pour les précieuses faunes et flores de l’île sont nombreux, et les coûts trop lourds pour la Tunisie. Il y a tout d’abord le risque de la pollution que causeront l’exploitation des villas, hôtels et restaurants sur l’île, sans oublier les pollutions causées par les yachts de luxes. Les déversements de déchets et d’essence dans l’eau avoisinante des côtes ne manqueront pas de mettre à mal la richesse sous-marine du lieu. L’investissement immobilier est d’une ampleur telle que ce site, particulièrement petit et fragile, ne le supportera pas.

L’autre risque est lié à la facture énergétique de la construction et de l’exploitation de ce projet touristique. Une île par définition est très coûteuse sur le plan énergétique car elle dépend du continent. Combien coûteront l’acheminement d’eau douce et d’énergie à l’île, sachant qu’elle est dépourvue de toute infrastructure? Une vraie approche écologique aurait été de proposer des solutions permettant de réduire au maximum la facture énergétique, qui risque d’être très sale dans un contexte de raréfaction de ces ressources.

Le projet représente aussi un risque pour le stock de poissons des côtes tunisiennes, une ressource qui est déjà surexploitée par la surpêche. Car Zembra représente l’un des derniers sites de reproduction de centaines d’espèces de poissons qui sont ensuite pêchés sur les côtes tunisiennes. Ces poissons qui se reproduisent autour de l’île pour échapper à la pression de la pêche et ensuite repeupler les autres régions, sont aussi le gagne pain de nombreux pêcheurs sur tout le littoral tunisien. L’ensemble de l’économie de la pêche risque à terme de se trouver en danger.

Le plus incompréhensible, c’est que ce site surprotégé (1973 : Réserve marine de pêche ; 1977- Parc National), reconnaissance internationale : 1977 Réserve de biosphère UNESCO; 2001 : Aire Spécialement Protégée d'Importance Méditerranéenne du PAM/PNUE ; ZICO) ; a aussi fait l'objet de nombreux projets et études de préservation financés par la coopération internationale) n’ait pas attiré plus que ca l’attention des instances qui sont sensées le protéger, même plusieurs mois après que le projet n’ait été ébruité dans la presse. Comment une île protégée par l'Unesco peut-elle devenir du jour au lendemain le site d'un projet touristique ? Et comment est ce que la Tunisie compte-t-elle honorer ses engagements internationaux?

Que rapporte ce projet, à part des recettes supplémentaires en devises et quelques dizaines de nouveaux emplois ? Cela vaut-il le coup par rapport aux risques encourus? Une pétition existe.


10 commentaires:

يرحم بوك a dit…

Bravo Carpe un très bon post. Mais que pouvons nous faire ???
Personne ne nous a demandez notre avis et personne n'en a besoin pour prendre de telle décision.
Il faut bouger mais comment, j'ai entendu dire qu'il y avait un groupe de facebooker qui s'animent mais à mon avis tout est joué d'avance.
Et l'écologie c'est le point fort des chinois c'est connu ...

Zied a dit…

ena je dis que les tunisiens n'ont que ce qu'il meritent ou meme plutot ce qu'ils veulent...
apres tout la petition a recueilli 250 signatures... seulement...

Carpe Diem a dit…

@Anonyme: Merci

@Zied: J'ai l'impression que les tunisiens ne sont pas assez sensibilisés sur leur patrimoine et leur environnement...c'est désolant

Anonyme a dit…

250 signatures !!! c'est une perf pour les tunisiens !!!

Les tunisiens ne savent pas que c'est leur patrimoine et celui de leurs enfants ... Pour eux c'est du bien public qui se dit en arabe رزق البيليك
ça veut tout dire ...
آش يقول الميت قدام غاسلو ...

dardar a dit…

remuer la vie economiques des regions.s est le seul but de la volonte politique .d ailleurs elle sert aussi a eclabousser certins autres cercles qui s opposent
je reprend la reponse a 1 blog sur l interet que represente pour le plaisenciers qui veut naviguer dans le sud et pour lequel l etat a investit et la reusite s est que les ports connues par leur nombres d anneaux d amarrages sont figes par des proprietaires de bateaux qui leur servent a accoster sans aucun profit pour les citoyens memes nos traditions afriquaines de la transhumanse et des deplacements sont arretes par le faite que nous servons d 1 garage pour plaisanciers en quete d un anneau a bon marche.la preuve le club de voile de monastir bien qu elle soit 1 ville universitaires donc avec 1 population jeunes.aucun club nautiques n est actif.vous me diriers que la fede s occupe des champions .il parais qu une revirement est deja desamorser.il diot y avoir 1 nouvelles amorces. et cest tant mieux.et s est la peche par eau trouble .la tradition n a pas pris place car nous sommes 1 voie de garage et les chinois nous proposent 1 sortie de secour
je comprend le marqueting des monastiriens pour faire promouvoir le port de plaisanse en offrant des promotions au debut de son exploitation.mais la naviguations hauturiere a des consignes connue pour qu 1 bateau progresse au sud celles des escales et zembra est 1 etape primordiale.
l intallation dans nos criques abrites d ambarquadaire amovibles pendant la saison des vents favorables sont d un cout bas avec l evenement du polyrestirene .et pourrais fairent l essort de pusieurs stations balneaires.les chinois nous proposent d en .installer une pourquoi refuser.

les naviguateurs qui viennent d europes pour envisager
de contourner le cap ifrikia appeler cap bon .l escale
de l ile de zembra est. si le projet aurais pense a
cette vocation serait 1 atout favorable pour
encourager le tourisme nautique
ca va leur permetrent de contouner le cap qui est
dificiles surtout par vent du nord ou mistral
contouner les cap et saluer les grins dit on
la situation sur la carte et la hauteur de sa montagne
sont des atous favorables pour aprivoiser nos cotes
a l image du lac ichkel qui abite les oiseaux
migrateurs venant d afrique pour traverser la
mediterranee et revenir 1 fois que l europe se
rafraichie .suivant l adaptation au regime alimentaire
poisson d eau douce.poisson d eau de mer .consomme sinon laisse moi consommer
l eau douce sera un probleme sur l ile qu il faut
resoudre.
lisez elkoffa pour qu ils daignent encourager notre nautismes.pour notre blog soit publier dans leur espaces .....
je ne comprend pas pourquoi nous tunisiens qui appartenant a l espace mediterranien a marine austrum.aux ports de plaisances .bizerte.sidi bou.hammamet yasmine.monastir et djerba connu pour leur cites
nous n avons pas d echos aupres de votre blogs
l aisser nous correspondrent de grace avec vos naviguateurs en destination de la tunisie
on pourrais de la sorte presenter notre produit.raprocher les plaisanciers pour les orienter.nous orions ainsi repondu aux politiques et activer la societe civile.....
il faut bien que la visite de m le president sarkozi nous cervent a nous raprocher de l europes a moins que nous soyons pour vous comme
dans le passe des comptoirs ...
tot ou tard le produit que nous avons changerons les choses.
m pierre repondez svp a ma requete et donner nous la chanse de nous ameliorer vous aurier de la sorte aider a nous developper.
et notre blog a ete transmis.









je revient a mes positions de defenseurs de la societe civiles.autant que vous.et sans aucun pouvoir sauf celui d apartenir au cercle des franc parler et la .moins que vous je le reconnais.tout les risques que vous evoquer existent. a tabarqua l espace reserver a a la plongee sous marines est intouchables grace aux authorites. a la traditions des vieux loups de mer allah irhamhoum ali marton et si haous.
le militantismes ecolologiques est 1 suivit. les decisions de delocalisation sont la preuve que les decisions politiques ne peuvent que flechir devant notre determinations et l interet.tounes aoul.

Karim2k a dit…

L'affaire est concluse http://karim2k.com/2008/05/zembra-and-zembretta-are-safe.html

Carpe Diem a dit…

@karim: Bonne nouvelle, si toutefois elle est confirmée officiellement.

_z_ a dit…

Je voulais seulement te féliciter ( un peu tard ) pour ce post.
L'entretien avec ce promoteur dévoile malgré lui son arrivisme...

Carpe Diem a dit…

@-z-: Merci et encore bravo pour tes dessins!

doniazed a dit…

alors c'est la révolution : on doit réouvrir ce dossier et sauver notre patrimoine écologique: alors en avant !!!!!!!!