22 mai 2008

Triste spactacle...

Même dans la mort, cet homme n'a pas échappé aux objectifs des photographes, avides de sang et d'horreur pour alimenter les pages et les écrans des médias internationaux. Cet homme a été retrouvé mort dans la rue suite aux violences qui ont éclaté en Afrique du Sud. Son crime: être "étranger" dans un pays décidément pas très "Arc en Ciel"...l'Afrique du Sud n'est pas le seul pays à tomber dans l'hystérie anti-étranger, les italiens ont eux aussi donné au monde un bel exemple d'humanité...Ce qui est le plus difficile à comprendre, c'est que nous assistons là à du racisme d'européens contre d'autres européens, et de noirs africains contre d'autres noirs africains. Triste spectacle de l'homme.


La douleur d'une femme après l'assassinat par un sniper d'un membre de sa famille à Bagdad, Irak


3 commentaires:

The Dreamer a dit…

Moi je trouve que le journaliste doit faire son travail et surtout dans les moments les plus difficile, il ne faut plus voiler ce qui se passe et c'est ce qui permettra de stopper en partie ces guerres et ces expressions de violences extrêmes que l'homme a toujours connu depuis la nuit des temps sauf que maintenant on voit ce qui se passe...

Carpe Diem a dit…

@The dreamer: D'accord avec toi sur le rôle primordial du journaliste, il ne faut rien voiler et il faut informer sur tout. Ce que je pointais c'est le fait que ces drames monopolisent l'espace médiatique (cyclone en Birmanie, Tremblement de terre en chine, etc)et les journalistes tombent parfois dans la surenchère de l'horreur et de la violence, avec l'impact que ca peut avoir sur les gens...certains médias aiment entretenir la curiosité morbide des populations...Juste pour dire que même les journalistes doivent être responsables, et prendre un certain recul avant de diffuser leurs photos/informations..

drap cul là a dit…

Le sang de l'irakien ça doit pouvoir se lécher sans problème mais celui de l'africain en afrique du sud, surtout pas, y sont tous mordha bel sida .