02 mai 2008

Le tunisien dépense 20 fois plus pour la cigarette que pour les livres








Selon l'enquête nationale sur les dépenses, la consommation et le niveau la vie des ménages, le tunisien dépense 56,564 dt par an pour le tabac dont 53,496 pour la cigarette. Les grands consommateurs des tabacs sont dans le grand Tunis (80d par personne) contre 31,179d dans le sud, 33,849d au centre ouest et 38,430 au sud ouest.

Concernant les dépenses d’éducation, la moyenne est de seulement 39 dinars par personne.
Pour l’achat des livres et magazines, le tunisien dépense en moyenne 3, 574d par an. Les citoyens du Sud Est sont en tête des consommateurs (livres, journaux et magazine) avec une moyenne de 7,783d suivi par Tunis avec une moyenne de 5,734d. Selon ces chiffres le tunisien achète au maximum 7 journaux par an ! Pour le livre (hors enseignement), le tunisien dépense 1,199 dinars par an ! (4,494 dinars au nord Est et 171 millimes au sud ouest). Source.

Ces chiffres sont fort révélateurs sur le comportement socioculturel du tunisien. Si le tunisien dépense aussi peu d’argent dans les livres et la lecture, c’est notamment une question de moyens. A part dans les foires où les prix sont accessibles, les livres coûtent relativement cher dans les librairies et grandes surfaces. Le tunisien n’achète de livre qu’en cas de besoin ou d’obligation, et rarement pour se divertir. Il empruntera un livre d’une bibliothèque, ou en fera une copie, plutôt que de l'acheter.

C'est aussi une question d'intérêt. On verra rarement un tunisien tenir un livre dans le train, le métro ou à la plage. La lecture peut passer aux yeux des tunisiens pour une activité « ringarde », pour une perte de temps. Le livre est le pire cadeau que recevra un jeune pour son anniversaire. Il préférera un baladeur mp3 ou une console de jeux. Le tunisien passe son temps libre dans les cafés&salons de thé à discuter, à jouer aux cartes, à fumer (d’ailleurs, les chiffres le confirment…) ou à regarder dans le vide.

Le tunisien préfère « s’instruire » en regardant la télé. Il est moins ennuyeux pour un tunisien de regarder la télé pendant des heures, que de bouquiner. Le résumé d’un roman ou d’un livre reste l’exercice le moins apprécié à l’école, au lycée et à l’université. D’ailleurs, rares sont ceux qui lisent vraiment le livre.

Les tunisiens vont aux foires du livre pour visiter plus que pour acheter. Le choix des livres peut aussi se trouver très réduit à cause de la censure. Les tunisiens boudent aussi les journaux pour le manque de qualité et de crédibilité de leur contenu.

5 commentaires:

lecteur a dit…

On est de culture orale, on aime écouter des histoires mais on ne se sent pas capable de les lire .
heureusement qu'il y a internet qui nous oblige à lire et à écrire sinon ce serait la catastrophe .Espérons qu'ils ne nous sortiront pas une version vocale de l'internet qui résumerait chaque page du web .Si jamais cela devait arriver ce serait un bond en arrière et une catastrophe nationale et c'est valable pour le reste des pays arabes .

amortrk a dit…

Les montants avancés serait plutot rapportés au mois et non à l'année??
A préciser SVP.

Carpe Diem a dit…

@amortrk: Les montants sont annuels. C'est précisé dans le texte.

lecteur a dit…

"Le tunisien préfère « s’instruire » en regardant la télé. Il est moins ennuyeux pour un tunisien de regarder la télé "

Oui mais avec quelles chaines ? Si au moins on avaient un abonnement a la chaine planète ou autre chaines de documentaire ça serait instructif .

lecteur a dit…

"Les montants avancés serait plutot rapportés au mois et non à l'année??
A préciser SVP."

Ils établissent une moyenne en divisant le nombre de paquets achetés par le nombre d'habitants sans se préoccuper de savoir si parmi ces habitants se trouvent des nourissons et autres non fumeurs .A moins qu'ils n'aient pris soin de ne considerer dans cette population que ceux qui ont dépassé un certaisn âge .
En france juste à raison d'un paquet par jour, cela fait 150 ou 155 euros mensuel pour un petit fumeur .