13 mars 2009

Religion populaire administrée


L'identification de la société tunisienne aux valeurs arabo-musulmanes s'est accrue ces dernières années. La situation de vide idéologique et l'absence d'alternatives démocratiques a fait que les tunisiens, en recherche de repères d'identification, se sont sentis de plus en plus impreignés de religiosité. L'Etat voit en cette montée en puissance de la religion un levier politique à saisir, et aussi un vide à combler. Un vide qu'il a crée en éliminant toute expression politique de la religion en Tunisie qui n'émane pas du régime lui-même.

L'Etat décide alors d'occuper le terrain et de "démocratiser" la religion...tout en l'encadrant strictement : on tolère le voile, mais on harcèle et arrête les voilées. On libère un chef de l'opposition islamique, et on le renvoie en prison quelques jours après...On remplit les mosquées, mais on choisit les imams...On libère les derniers Nahdhaouis de prison, mais on y envoie de nouveaux barbus...Aujourd'hui, la religion a investi tous les domaines : la culture par la radio, les affaires par la finance, et la rue par le voile. Tout celà avec un succès populaire avéré : la radio religieuse est aujourd'hui la plus écoutée dans la pays, on consomme Hallal, on s'habille Hallal, on réfléchit Hallal et on agit Hallal. En multipliant les référants religieux dans son discours et dans sa politique, l'Etat cherche à neutraliser toute contestation populaire et/ou politique qui pourrait provenir des mouvances religieuses. Sa stratégie : prendre les devants pour éviter de perdre le contrôle. Sa méthode : entretenir son image de régime arabo-musulman "authentique".

L'invitation officielle en Tunisie d'Al Quaradawi est la dernière opération de communication en matière de religion populaire administrée. Comme toujours, tout a été bien encadré : silence médiatique sur une visite furtive d'un "consultant" salafiste star des écrans arabes et auteur de 80 ouvrages, censurés en Tunisie...Cela a permi à un régime en manque de crédibilité de gagner en bonnes opinions chez un peuple reconnaissant de la reconnaissance que la Oumma, représentée par Dr Q, lui accorde...Et de récupérer pour son compte la popularité du religieux qui n'est plus à confirmer dans le monde arabo-musulman.

Aussi, dans un contexte où il est de plus en plus difficile de convaincre ses alliés occidentaux du bien-fondé des réformes pseudo-démocratiques qui auraient été engagées depuis plus de 20 ans, l'Etat fait-t-il un clin d'oeil aux alliés arabo-musulmans qui sont plus à même de le soutenir pour les proches échéances électorales?

8 commentaires:

Anonyme a dit…

From WIld Bled,
Et pourquoi vous n'y voyez pas un retour aux sources du RCD de Thaalbi, haddad, bourguiba?
Ce dernier a eu sa premiére manifestation politique en s'opposant à un congré chf=rétien en Tunisie.

la tunisie n'a plus besoin de Quadhaoui et Co pour démontrer que les tunisiens sont adeptes d'in islam modéré qui se ressourcent dans l'ijtihad et qui prend en compte notre ére.

la tunisie a été le seul pays arabe à abolir la polygamie, à donner les droits de votes aux femmes meme avant la Belgique,et ceci conformément à la chariaa islamique, mais le législateur Tunisien a refusé de changer les lois de l'héritage, étnat definis par le coran

C'est le vrai Islam de la Tunisie, celui de Kairouan la grande, et celui de la zeitouna et ses cheikhs.

Non monsiuer, ce n'est pas une religion administrée, c'est le vrai islam;

Un retour aux sources du RCD ne peut que le renforcer encore plus: Je n'ai jamais voté jusqu'ici, cette anée j'irai voter pour le RCD

Carpe Diem a dit…

@Anonyme: Par religion administrée, je n'entend pas une religion "fausse", comme vous semblez l'avoir compris. Mais une religion administrée par le haut, par l'Etat.
Et quelles sont ces "sources" du RCD qui sont basées sur la religion?
Et puis finalement, on se rejoint quand vous me dites que, n'ayant jamais voté, vous allez le faire cette année, pour le RCD, juste parce qu'ils virent un peu plus vers la religion...Vous faites justement partie de ces voix sensibles au discours religieux que le parti tente de capter pour les prochaines élections! Merci...

Anonyme a dit…

From Wild Bled
J'ai bien compris votre message
C'est évidnet pour moi que la religion doit etre administrée oar l'etat, n'ayant pas un lergé dans notre religion

par 'sources' j'ai voulu dire les racines du RCD dés les années 20: Préserver l'identité arabo musulmane de notre pays et continuer à vivre notre culture impregné du vrai islam modéré et progressiste;

Je suis content cette fois ci de voter pour un RCD représentative des opinions de la majorité absolue des Tunisiens

le retour aux sources du RCD ne peuvent qu'améliorer les autres volets: Culturelle, sociétale et économique

Anonyme a dit…

Bonsoir Carpe Diem,vous semblez affligé par ce retour au source de la tunisie après avoir essayer differentes voies plus hasardeuses les unes que les autres.
"L'invitation officielle en Tunisie d'Al Quaradawi est la dernière opération de communication en matière de religion populaire administrée. Comme toujours, tout a été bien encadré : silence médiatique sur une visite furtive d'un "consultant" salafiste"
comment pouvez vous parler d'operation de communication et qu'une phrase plus tard vous qualifiez cette même operation de silence médiatique?
le docteur kardhaoui a été invité au titre de president de l'organisation mondiale islamique pour assister aux ceremonies de kairouan,capitale mondiale de la culture musulmane 2009,où est le mal à cela?
je suis une fidele lectrice de votre blog et permettez moi de vous dire que vous venez de rediger le plus mauvais article de l'histoire de votre blog,car biaisé,superficiel et rempli de préjugés qui ne resisteront pas a une bonne analyse.
leila.

Carpe Diem a dit…

@Leila: Qui vous dit que je suis affligé "par le retour aux sources"? Pour moi ce n'est pas un "retour", puisque la Tunisie a toujours été arabo-musulmane. J'aimerai aussi préciser que je n'ai rien contre le retour de la Tunisie à la religion. C'est pas celà que je critique, mais la récupération de ce phénomène qui est faite par ceux qui nous gouvernent.
Quand je parle de silence médiatique, je désigne l'abscence de toute explication ou analyse de notre presse des contours de cette visite. Les médias tunisiens n'ont fait que rapporter l'information toute brute. Celà n'empêche pas que cette visite a été une vraie opération de communication, puisque l'invité a été montré à la télé d'état, et relativement bien accueilli. Et puis encore une fois, je n'ai pas dit que c'était "mal" que "le docteur kardhaoui a été invité au titre de president de l'organisation mondiale islamique pour assister aux ceremonies de kairouan,capitale mondiale de la culture musulmane 2009". Ou est-ce que tu as lu celà dans mon post? J'ai ma propre idée sur ce personnage, mais ce n'est pas le sujet de ce post...Mais c'est pas de lui que je parle dans ce post.
Enfin, j'ai peut-être été hasardeux comme tu le dis, mais il me semble que vous m'avez lu avec parti pris, ce qui vous a peut-être amené à mal m'interpréter. Merci

anonyme 17 a dit…

Analyse très pertinente ...il est vrai que c'est réellement intriguant ...cette invitation surprise ...et dissimulée au grand public ...de ce personnage , jadis affublé de tous les maux ...

Il me semble que c'est opération de séduction électorale et que ça ne sera que de circonstances et temporaire... tout redeviendra comme avant une fois les élections terminées..et ce personnage redeviendra le diable... les voilées plus harcelées ...les barbus emprisonnés ....

Anonyme a dit…

par voies hasardeuses je parlais des choix politiques de la tunisie avant d'opter-enfin-pour le respect de la constitution qui nous dit que la tunisie est un pays musulman, et non de votre façon d'aborder le sujet.
et j'ai cru bon d'apporter une petite precision à la raison réelle de la visite du docteur kardhaoui en tunisie et loin de moi l'idée de vous faire dire ce que vous ne dites pas.
je ne vous ai pas mal interpreté carpe diem,j'ai bien compris votre article,enfin je l'espère,mais je ne suis pas d'accord avec vous ni sur le fond ni sur la forme.
je voudrais insister que ça se situe au niveau des idées et sans consideration aucune,car je reste convaincue que chacun est libre de ses opinions et a le droit de les communiquer,donc croyez moi je ne vous juge pas du tout,je ne me permettrai jamais.

Carpe Diem a dit…

@anonyme 17: Oui, c'est exactement ce que je pense, ce ,n'est qu'une opération séduction ponctuelle, et les choses redeviendront comme avant une fois le ème mandat remporté. Je ne pense pas que l'état est entrain de pactiser avec les religieux, juste entrain de les utiliser. Merci pour le commentaire.

@Leila: Je pense qu'en termes de respect de la constitution, l'état a encore beaucoup à faire...
Ce que j'essaie d'expliquer, c'est que ce revirement vers la religion de la part du régime est probablement opportuniste, et sûrement pas par pure conviction. Merci en tous cas de respecter mes opinions, je comprend les vôtres.