30 avril 2008

الحاجة كارلا في جامع الزيتونة في تونس

Source : J. NAEGELEN / REUTERS

Main d'oeuvre du Sud et Intelligence du Nord...


Ce sont, pour Nicolas Sarkozy, les deux ingrédients essentiels pour construire une Union pour la Méditerranée forte et résistante face à la montée des dragons asiatiques.

Le président français a en effet sa propre conception de cette Union, où il distingue au Sud "une main d’oeuvre qui ne demande qu’à être formée", et au Nord "beaucoup d’intelligence et beaucoup de formation". Il pense qu' "Ensemble, le Nord de la Méditerranée et le Sud de la Méditerranée, on peut créer un pôle gagnant-gagnant qui concurrencera l’Asie, créer un modèle qui triomphera dans le monde entier".


Ainsi, après sa mission civilisatrice du début du siècle dernier qui l'a conduit à coloniser tout un continent du Sud, pour le bien des millions d'indigènes qui l'occupaient, l'homme européen serait désormais prêt pour sa prochaine mission: sa mission "formatrice" qui consistera à diffuser son intelligence...

Lors d'un discours prononcé à Monaco le 25 Avril 2008, Sarkozy a aussi déclaré:« J'ai fait un rêve, c'est que les peuples de la Méditerranée du Nord comme du Sud soient aussi imaginatifs et courageux que les peuples d'Europe continentale »

Le Sud est-il à ce point dépourvu de toute intelligence, Mr le président, comme vous le sous-entendez? Ou l'intelligence, tout comme le génie et le courage, seraient-ils des exclusivités européennes?

Dans la continuité de son discours de Dakar, où il a déclaré que "l'Afrique n'est pas assez rentrée dans l'histoire", Sarkozy continue à mépriser ce continent en employant un ton condescendant et néo-colonialiste. Sous les applaudissement des patrons tunisiens...
Source: Snut

29 avril 2008

Discours de N.Sarkozy

Voici le discours complet de Sarkozy, prononcé hier lors du diner offert par le président tunisien:
Cliquez ici pour la vidéo.

Monsieur le Président de la République,
Permettez-moi d’abord de vous remercier pour la chaleur et la qualité de l’accueil que vous nous avez, une nouvelle fois, réservé, ainsi que pour les paroles si amicales que vous venez de prononcer.
J’ai souhaité faire du renouveau de la relation entre nos deux pays une priorité de mon action et c’est déjà la seconde fois que je me rends en Tunisie depuis mon élection, il y a moins d’un an.
Et pour chacun de ceux qui m’accompagnent autant que pour moi-même, c’est toujours une grande joie de retrouver la Tunisie. L’un de nos plus grands auteurs, Flaubert disait, avec une certaine justesse, qu’en Tunisie « le climat y est si doux que l'on oublie d'y mourir ». A travers l’Histoire, qui n’a succombé aux charmes de cette Tunisie ? Je pense à Ulysse et à ses aventures qui, de passage sur l’Ile des Lotophages, l’actuelle Djerba, ne parvenait plus à en faire revenir ses hommes. Vous avez noté que nous ne nous sommes pas arrêtés à Djerba. Je pense aux Phéniciens, qui se sont installés ici pour porter leur civilisation à son plus haut degré de raffinement. Je pense à Hannibal le Carthaginois qui a puisé dans ces lieux sa fougue, et pourquoi ne pas le dire, son inspiration de stratège. Je pense à Saint-Augustin et Ibn Khaldoun qui y ont enraciné, ici en Tunisie, leurs visions de la foi et de la Cité.
Tous ont aimé votre terre qui allie beauté et ouverture sur le monde.
La Tunisie est le cœur de la Méditerranée. Et c’est ici que se rejoignent les côtes orientales et occidentales de notre mer commune. Tunis est aussi proche de Nice que Nice ne l'est de Dunkerque !
La Tunisie, méditerranéenne au nord, saharienne au sud, terre natale de plusieurs papes tout en abritant l’une des premières villes saintes de l'Islam et, de surcroît, l’une des plus anciennes synagogues, bâtie sur une pierre du temple de Salomon, la Tunisie est donc un carrefour, le carrefour de l’Histoire et le carrefour des civilisations. La Tunisie, c’est d’abord l’œuvre de la volonté des hommes et, pourquoi ne pas le dire, Monsieur le Président de la République, j’aime votre proverbe, ce proverbe tunisien : « la différence entre un désert et un jardin n’est pas l’eau mais l’homme ». C’est cet héritage historique assumé dans sa diversité qui fait l’identité de la Tunisie et qui explique son ouverture et son esprit de tolérance.
Je sais, Monsieur le Président, le prix que vous attachez au dialogue des civilisations. Une chaire de l’Université de Tunis porte votre nom pour permettre à de grands esprits arabes et européens de se rencontrer, d'échanger et de bâtir dans ce respect mutuel sans lequel il n'y aurait ni paix, ni harmonie, ce dialogue indispensable, et Dieu sait que l’Orient et l’Occident ont besoin de dialoguer et que nous autres, nous avons besoin de trouver les voies de l’ouverture de la rencontre et de l’échange avec le monde arabe.
Vous avez été, Monsieur le Président, parmi les premiers à apporter votre appui au projet d'Union pour la Méditerranée. Cela ne m’a pas surpris. Après tout, pionnière dans ses relations avec l'Europe, la Tunisie a été le premier pays à avoir signé, dès 1995, un accord d'association avec l’Union européenne et la Tunisie est le seul pays aujourd'hui, au sud de la Méditerranée, à avoir mis en place une zone de libre échange avec l'Europe pour les produits industriels ? La Tunisie a bien compris que l'initiative de la France, vise à associer sur un pied d'égalité, -et j’insiste sur ce mot- et à travers des projets concrets et -j’insiste sur les projets concrets-, l'ensemble des Etats et des peuples, qui partagent une communauté de destin autour de notre mer commune. Je sais pouvoir trouver ici, dans cette Carthage, qui symbolise ce que la Méditerranée a apporté de plus beau et de plus riche aux échanges entre les hommes, l’inspiration et le soutien qui feront de l’Union pour la Méditerranée le plus beau des cadeaux que nous puissions faire à nos enfants.
Entre nos deux pays, entre nos deux peuples, la géographie et l’histoire ont tissé des liens exceptionnels. Ah quand même Monsieur le Président de la République, les Tunisiens ne peuvent pas oublier que c’est dès 1577 que la France fut le premier pays à nouer des relations diplomatiques avec la Tunisie ! Je veux dire le premier pays d’Europe. Alors, nous avons en partage une histoire faite de quelques ombres mais il y a aussi beaucoup de lumière. Aujourd'hui, sans oublier le passé, nous voulons, vous et moi, regarder résolument vers l'avenir !
Que de choses rapprochent et lient indéfectiblement nos deux peuples ! Paradoxalement, il nous faut veiller à ce que ces liens si étroits, si denses, si naturels et parfois si complexes ne tombent pas dans la routine car rien n'est jamais acquis pour toujours. Nous devons sans cesse revitaliser cette relation pour qu'elle réponde aux aspirations nouvelles de nos sociétés.
J'ai voulu que la délégation française incarne cette large communauté d'hommes et de femmes qui partage un même attachement à nos deux pays. Ces Françaises et ces Français dont les racines sont en Tunisie et qui restent liés au pays de leurs parents et de leurs ancêtres ; mais aussi, Monsieur le
Président de la République, ces Tunisiens qui se sont installés en France et y ont fait souche sans oublier la terre d'où ils viennent. Les hautes responsabilités qu’ils occupent dans toutes les sphères de l’Etat et de la société témoignent de leurs qualités. 600.000 Tunisiens ou Franco-tunisiens vivent dans l'harmonie en France, et 25.000 compatriotes résident heureux ici, en Tunisie. Je veux saluer l'accord exemplaire qui vient d'être signé entre nos Ministres qui va faciliter la circulation des personnes, des familles et des professionnels. La France est un pays ouvert et accueillant pour ceux qui veulent y venir régulièrement.
Au premier rang des échanges, et c’est peut-être le plus important pour l'avenir, est la question du partage du savoir. 10.000 étudiants tunisiens fréquentent nos grandes écoles et nos universités. C’est une tradition bien ancienne. Déjà, au XVIIème siècle, on trouvait ce que l'on appellerait aujourd'hui un ''accord d'équivalence'' permettant aux lycéens tunisiens d'accéder librement à la Sorbonne ?
Il est remarquable que les Tunisiens constituent le premier contingent étranger à l’Ecole polytechnique. A l'Université de Dauphine, le vice-président a été consacré en 2005 meilleur jeune économiste de France, il est franco-tunisien.
Aujourd'hui, il nous revient de mettre en place des formes nouvelles d'échanges culturels et éducatifs.
Je soutiens la création tout-à-fait originale de l'Université Dauphine-Tunis. Voici un établissement
tuniso-français de grande qualité. Inséré de manière harmonieuse dans le tissu éducatif tunisien, ce pôle universitaire d'excellence a vocation à rayonner en Méditerranée et en Afrique.
Face à une compétition internationale de plus en plus féroce, nos cadres doivent s’allier, nos chercheurs doivent s’allier, nos entreprises doivent s’allier. C’est cette alliance qui fera notre force, pour améliorer notre compétitivité et notre attractivité.
Pour que les civilisations se rencontrent, pour que les hommes se parlent, il faut la confiance. A ceux qui pensent que l'humanisme est une invention occidentale et qui regardent donc les autres avec un peu de suffisance, je veux rappeler que Tunis a aboli l'esclavage en 1846, deux ans avant Paris, et que la Tunisie fut, en 1861, le premier pays arabe à se doter d’une constitution. Plus tard, le Président
Bourguiba a fait, le jour même de l'indépendance de votre pays, un double choix fondamental : celui de la modernité pour les Tunisiens, femmes et hommes, et celui de l'amitié avec la France. L'année même de l'expédition de Suez, alors que la guerre en Algérie déployait ses drames, ce choix n'était pas un choix évident. Il a été courageux et visionnaire pour l’amélioration et la modernisation de la société, je pense notamment à la condition de la femme tunisienne, avec l'adoption du Code du Statut Personnel. Je veux dire qu’un tel statut était en avance non seulement sur les pays de la région mais aussi sur des pays européens où le principe d'égalité ne s'appliquait pas alors totalement à la femme.
Monsieur le Président, vous avez repris cet héritage et cette vision. La situation juridique et matérielle de la femme tunisienne s'est encore améliorée grâce à votre souci de veiller à ce que le droit de la femme soit une réalité vécue et non de simples textes juridiques. Des femmes occupent des postes de responsabilité à la fois dans le public et dans le privé. Et je veux noter que l’UNESCO a récemment honoré deux physiciennes tunisiennes de très haut niveau.
La scolarisation dans le primaire et dans le secondaire des femmes, des jeunes filles est comparable en Tunisie à celle des pays de l'OCDE. Et ce sera bientôt le cas pour l'enseignement supérieur, comme nous souhaiterions qu’il en soit ainsi dans tous les pays arabes. Et, en terme de revenus, la Tunisie va rejoindre d'ici la fin de la prochaine décennie des pays européens comme le Portugal ou la Grèce.
Signataire des grandes conventions des Nations unies, votre pays s'est engagé dans la promotion des droits universels et des libertés fondamentales, en respectant -et Monsieur le Président de la
République, j’y suis très sensible, parce que c’est une question qui m’a toujours passionné- un moratoire strict sur la peine capitale à laquelle naturellement j’ai toujours été opposé à titre personnel.
Aujourd’hui, l’espace des libertés progresse. Ce sont des signaux encourageants, que je veux saluer, et qui font écho à ce que disait déjà feu le Président Bourguiba lorsqu’il confiait : « Je suis réaliste. Etre réaliste, c’est préférer une réforme modeste, qui en permet une autre, à un miracle impossible ». Je sais d’où vous venez Monsieur le Président de la République, d’où vient la Tunisie et la Tunisie peut se comparer sans rougir à tant d’autres pays.
Ces signaux, ces réformes s’inscrivent sur un chemin, étroit et difficile, mais essentiel, celui de la liberté et du respect des individus sans lesquels un pays n’est pas un grand pays. Ce chemin, aucun pays ne peut prétendre l’avoir entièrement parcouru et personne ne peut se poser en censeur. Je viens d’un continent dont l’histoire, y compris l’histoire récente, recèle des tragédies abominables et je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami et qui me reçoit en ami, de m’ériger en donneur de leçons. J’ai pleinement confiance dans votre volonté de voir continuer à élargir l’espace des libertés en Tunisie. Nous en avons parlé vous et moi.
Je veux dire pour terminer ma conviction que sur la base de la relation de confiance qui existe entre la Tunisie et la France à laquelle je suis très attaché, nous pouvons bâtir ensemble un avenir meilleur.
C’est l’enseignement que nous devons conserver d’un Tunisien illustre, le poète latin d’origine berbère Terence, qui avait coutume de dire : « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».
Un avenir meilleur pour nos enfants, qui passe par le règlement des conflits au Proche-Orient. Il ne faut pas que l’espoir retombe. Je l’ai dit à mes amis israéliens. La sécurité d'Israël passe par l’arrêt complet de la colonisation. Etre un ami, c’est dire ce que l’on pense. Cela passe aussi par la création d'un Etat palestinien moderne et viable. Cela passe également par la sécurité garantie à l’Etat d’Israël.
Je n’ai pas deux discours, un discours à Paris et un autre discours dans d’autres capitales.
Je veux aussi et enfin rendre hommage, Monsieur le Président de la République, à votre lutte déterminée contre le terrorisme, qui est le véritable ennemi de la démocratie. Et croyez bien que pour la France, la lutte contre le terrorisme engagée ici, c’est important. Car qui peut croire que si demain, après-demain, un régime de type taliban s’installait dans l’un de vos pays, au nord de l’Afrique, l’Europe et la France pourraient considérer qu’ils sont en sécurité ? Et j’appelle chacun à réfléchir à cela. Et c’est bien la raison pour laquelle je souhaite que l’énergie du futur, le nucléaire, des pays comme le vôtre puissiez y accéder. Parce que, grâce à l’énergie du futur, on aura le développement et la croissance et donc la misère qui reculera. Et vous savez parfaitement que les terroristes se nourrissent de la misère et de l’exploitation des peuples. Et c’est par le savoir et par la croissance qu’on luttera contre les terroristes. Et je sais aussi qu’on ne combat pas les terroristes -j’ai été ministre de l’Intérieur- avec les méthodes des terroristes. Et c’est pourquoi je suis si attaché à la coopération entre nos services.
La France est fière d'être le premier partenaire de la Tunisie dans tous les domaines. Soyez convaincu, Monsieur le Président de la République, qu'elle entend rester résolument aux côtés de la Tunisie pour vous aider à poursuivre l'œuvre de modernisation et de développement qui est la vôtre. Et je mesure bien ce que cela peut représenter comme effort dans un pays comme le vôtre que de tirer toute la société vers le développement, vers le savoir et vers le respect des individus.
La relation entre nos deux pays est faite de confiance, de respect, d'estime et d'amitié. Elle est tournée vers l'avenir.
C'est fort de cette conviction Monsieur le Président de la République que je veux lever mon verre à votre bonheur personnel, au bonheur de votre famille si cruellement endeuillée, il y a peu de temps, lever mon verre au bonheur de votre peuple et de la Tunisie et vous dire, Monsieur le Président de la
République, au nom de la délégation que je conduis et, si elle le permet, au nom de mon épouse, combien nous avons été sensibles à la chaleur de votre accueil.
Mesdames et Messieurs, Vive la Tunisie ! Vive la France !
Vive l’amitié entre les peuples tunisien et français !

Vaut mieux un Ben Ali qu'un Ben Laden...


Nicolas Sarkozy s'adressant à son homologue tunisien:

"Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami et qui me reçoit en ami, de m'ériger en donneur de leçons. Aujourd'hui, l'espace des libertés progresse [en Tunisie]. J'ai pleinement confiance dans votre volonté de vouloir continuer à élargir l'espace des libertés en Tunisie. Qui peut croire que si demain, après-demain, un régime du type taliban s'installait dans un de vos pays au Nord de l'Afrique, l'Europe et la France pourraient considérer qu'elles sont en sécurité ? J'appelle chacun à réfléchir à cela."

La sécurité: voilà la raison et l'enjeu du "soutien" et de "l'estime" de Sarkozy et de l'Union Européenne aux dirigeants nord africains. La pensée de Sarkozy peut se traduire ainsi : tout pays arabo-musulman est susceptible de se "talibaniser", indépendamment de son histoire, de son voisinage, de ses progrès, de son degré d'ouverture et des aspirations de son peuple. Et ce peuple, l'un des plus éduqués du monde arabo-musulman, lui a-t-on demandé son avis? Un peuple qui est réduit dans ces propos au statut de marionnette assistée...et incapable de décider de son propre sort!

Mise à jour: Je reprends une partie de l'éditorial du Monde d'aujourd'hui, en réaction aux déclarations de Sarkozy, et auquel biensûr j'adhère:

Le chef de l'Etat est ainsi parfaitement fondé à vouloir développer plus avant les relations avec la Tunisie. C'est de bonne politique et de bon voisinage, avec un partenaire méditerranéen que la France ne saurait ignorer. M. Sarkozy aurait dû s'en tenir là. Il a cru devoir aller plus loin, et il a eu tort.

Lors d'un dîner offert par le président Zine el-Abidine Ben Ali, le chef de l'Etat français a assuré : "Aujourd'hui, l'espace des libertés progresse (en Tunisie). Ce sont des signaux encourageants que je veux saluer." C'est une contre-vérité. Aucune ONG, aucun observateur sérieux, tunisien ou étranger, ne peut porter un tel jugement. Dans un pays où le président s'installe au pouvoir à vie, fait tabasser par des voyous, emprisonner, voire torturer, ses opposants et ne tolère qu'une presse à son service, "l'espace de liberté" régresse. Personne ne demandait à M. Sarkozy de se poser, comme il l'a dit, en "donneur de leçons". Le chef de l'Etat aurait pu choisir le silence, qui eût été une forme de décence. Avec ce satisfecit décerné au régime Ben Ali, il fait une bien mauvaise manière aux courageux démocrates tunisiens.

Pourquoi ? Probablement au nom de ce raisonnement : c'est Ben Ali ou les islamistes. Voilà qui ajouterait l'erreur d'analyse à la contre-vérité : l'islamisme se nourrit de la suppression de toute opposition, de toute vie démocratique ; il fleurit sur le terreau de l'autocratie, quand la mosquée devient le seul espace de contestation. A Tunis ou ailleurs.

27 avril 2008

Ahmad Fouad Al-Farhan, le blogueur saoudien, enfin libre.



Le blogueur saoudien Ahmad Fouad est libre depuis hier, après 4 mois d'emprisonnement sans inculpation. «Je suis très heureux d'être parmi ma famille et mes amis. J'apprécie leur aide» pendant ma détention, a dit le blogueur dans des déclarations au téléphone depuis la ville proche de Taëf, chez sa mère.

Il a en outre dit avoir été «traité comme tous les autres» en prison, correctement». C'était «un bon traitement», a dit ce père de deux enfants âgé de 32 ans. «De toute façon, ma première préoccupation est d'aider nos jeunes pour qu'ils ne s'impliquent pas dans des activités terroristes et ne finissent pas en prison», a-t-il affirmé.
(...)
Les États-Unis avaient déclaré être intervenus auprès de l'Arabie saoudite sur le cas du blogueur, qui milite pour des réformes politiques et contre l'extrémisme religieux dans le royaume ultraconservateur. «Notre message au gouvernement saoudien a été assez clair. Et ce message est que les États-Unis défendent la liberté d'expression. C'est un élément important de toute société robuste. C'est la pierre angulaire de toute société démocratique», avait indiqué en janvier le porte-parole du département d'État Sean McCormack.

Le quotidien Arab News souligne dimanche qu'officiellement, Ahmad Fouad Al-Farran avait été détenu pour avoir «violé les règles», mais il n'a jamais été inculpé. Selon des informations ayant circulé après son arrestation, le blogueur avait écrit à des amis deux semaines avant son interpellation, affirmant s'attendre à être interpellé pour des écrits sur un groupe de réformateurs arrêtés en février 2007 pour liens présumés avec le financement du terrorisme.

Avant son interpellation, Ahmad Fouad Al-Farhan avait également critiqué plusieurs figures influentes du pays ainsi que l'extrémisme religieux dans le royaume. «Je reprendrai le blogging», a déclaré à l'AFP M. Farhan, sans cepndant préciser quand il le ferait. Dans un article intitulé: «Non au terrorisme, oui au dialogue en Arabie saoudite», mis en ligne le 3 décembre, il écrivait qu'Al-Qaeda n'avait pas été éliminée en dépit du calme régnant dans le pays. Il avait également dénoncé «le rejet d'un dialogue pacifique au sein de la société saoudienne».

«Quand vous êtes né et élevé (dans une société) caractérisée par un discours qui exclut l'autre (...) votre esprit devient un terrain fertile pour l'idéologie de la violence», écrivait-il.
(...)
Le quotidien Al-Watan, rapportant la libération d'Ahmad Fouad Al-Farhan, cite le vice-ministre de l'Intérieur, Ahmad ben Abdel Aziz, affirmant que le blogueur s'était «fait du tort à lui-même». Le journal n'a pas fourni plus de détails.

Source: AFP

26 avril 2008

Déclarations avant la visite de Nicolas Sarkozy en Tunisie

Questionné sur ses attentes lors de la visite de 3 jours du président Sarkozy en Tunisie à partir de Lundi 28 Avril, le président de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH), Me Mokhtar Trifi, a déclaré: "Le commerce, l'énergie, la lutte contre le terrorisme, c'est important, mais M. Sarkozy doit aussi utiliser sa grande influence sur la Tunisie pour y promouvoir la démocratie".

Questionné sur les projets du président Sarkozy lors de sa prochaine visite en Tunisie, un diplomate français a déclaré: "Tout n'est pas parfait, mais il est important de souligner ce que sont les réalités de la société tunisienne d'aujourd'hui" citant le statut de la femme "sans équivalent dans les pays arabes" ou "le moratoire sur la peine de mort". "Un dialogue confiant est peut-être plus productif que des proclamations publiques dont on sait qu'elles ont le don de provoquer une crispation".

Sarkozy a prévu dans son programme de visite un bain de foule sur l'Avenue Habib Bourguiba Lundi à 17h, une cérémonie de dépôt de gerbe au monument des Martyres de Séjoumi et une visite de la Médina de Tunis et de la Mosquée Zitouna mardi matin, une visite du site archéologique de Carthage et une allocution à l'Institut National des Sciences Appliquées et des Technologies (INSAT) Mercredi.

Dans sa valise : une centrale nucléaire, quelques airbus et quelques rames de métro.

AFP et l'Elysée

25 avril 2008

كف، و كعبة حلوى

بعد كل ما صار في الرديف وأم العرايس من إضراب و إعتقال و حصار مدن والبوب والبوليسية و الكلاب و السكان فاصعين إلي الجبل و إلي الجزائر بعد أكثر من 3 شهر والأهالي تستنا و تتمنا في الحلول جانا خبر بودورو اليوم باش يفرهد و يفرح سكان قفصة، صدر عن شوليقة...سامحوني، جاريدة المصور
بإختصار، قالك إرتفاع سوم الفسفاط في الأسواق العالمية هي إلي باش تنقض العاطلين عن العمل، و آفاق التشغيل في المجتمع الكيميائي التونسي ولات واعدة، علي خاطرهم فطنو، فجأة، أنو أعداد هامة من الأعوان قادمين علي التقاعد، و يلزم تعويضهم
بربي بش تجد علي شكون؟ ياخي ما فطنوش بإرتفاع الأسعار و بضرورة تعويض العمال قبل شهر جانفي، وقت بدات الأزمة؟ وإلا بالكشي هبط عليهم الوحي كان تو؟ و شكون ما فهمش إلي المشكل ما يختصرش في حكاية سياسة التشغيل في شركة الفسفاط، بل هي مشكلة بطالة و تلوث و أمراض و نقص في التنمية تخص جيهة كاملة من البلاد؟
هاذي هية: كانك جيعان، خوذ كعبة حلوى و سكر فمك
"
بعد إرتفاع أسعار الفسفاط: المجمع الكيميائي يفتح أبواب الانتداب لشباب الحوض المنجمي تحتل بلادنا المرتبة الثانية بعد المغرب في مجال انتاج الفسفاط بنحو 8.5 مليون طن، كما تحتل المرتبة الاولى عالميا كأول مصدر لسماد ثلاثي الفسفاط الرفيع «TSP» والثانية في تصدير الحامض الفسفوري وثالث مصدر لسماد الداب «DAP».وكما هو معلوم شهدت الأسمدة الفسفاطية خلال سنة 2007 تطورا مهما في طلب السوق العالمية وذلك لارتباط تجارة الأسمدة بوضع الفلاحة العالمي خاصة قطاع الحبوب الذي يستهلك ثلثي الأسمدة وقد أثرت هذه العوامل على الأسعار في اتجاه تصاعدي ويتوقع المختصون ان تعرف أسعار الفسفاط ارتفاعا غير مسبوق خلال السنة الحالية هذه الانتعاشة انعكست على المجتمع الكيميائي التونسي الذي تحصل مؤخرا على أعداد ممتازة من المؤسسة العالمية «Fich Ratings» اذ أن طاقة المجمع في خلاص ديونه قد تطورت من «مستقر الى إيجابي».. هذه الانتعاشة لها مؤثرات ايجابية حسب المختصين على مستوى الانتدابات بهذه الشركة ذلك ان وسائل انتاجها ذات التكنولوجيا العالية أصبحت تقتضي اللجوء الى انتدابات تتطلب مستويات عالية وقد علمنا أن الشركة تحث شباب المنطقة على التكوين المهني خاصة وأن آفاق التشغيل تبدو واعدة اذ هناك أعداد هامة من الأعوان يحالون على التقاعد من 2006 والى فترة قدّرت بعشر سنوات قادمة هذا فضلا عن تطور الانتاج الذي يستلزم يدا عاملة اضافية.
"

24 avril 2008

Impact de la hausse des prix alimentaires dans le monde

Mots pour maux

Nous assistons depuis un certain temps à une escalade des mots fort significatifs et violents pour décrire le conflit israélo-palestinien. Nous avons eu droit à tout ou presque : l'utilisation du mot shoah par le vice-ministre de la défense Vilnay pour menacer le régime du Hamas ; l’affaire Bruno Guigue, limogé de sa fonction de sous-préfet pour avoir traité Israël d’état terroriste dans une tribune libre d’un ton assez dur et où on peut lire des phrases comme « L’Etat d’Israël est le seul où des snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles » ou « les geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on interrompt la torture durant le shabbat » ; le mot apartheid sioniste repris ici ou ; le terme nettoyage ethnique, qui fait le titre du livre de l’historien israélien Ian Pappe, pour dénoncer les exactions israéliennes…

Hier, lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur le Proche-Orient, la comparaison de l’ambassadeur Libyen de la situation dans la bande de Gaza à celle des camps de concentrations nazis a provoqué de vives colères et émotions dans les rangs du conseil.

L'ambassadeur de France a aussitôt enlevé son oreillette, et a quitté la salle, suivi par nombre de ses collègues. Seul l'ambassadeur syrien est venu à la rescousse de son collègue lybien : "malheureusement, ceux qui se plaignent d'avoir été les victimes d'un génocide (pendant la Seconde guerre mondiale) répètent le même genre de génocide contre les Palestiniens."Le Post.

Tous ces mots ont une signification et un certain poids dans les mémoires et les consciences. L’emploi du terme «camp de concentration nazi » par le libyen n’est pas anodin, mais voulu pour choquer et provoquer. C’est en effet un terme qui parle aux occidentaux, la plaie du nazisme étant toujours vive et béante. L’expression « remuer le couteau dans la plaie » ne peut trouver meilleure signification pour décrire cet énième incident onusien. Cela expliquerait en partie les vivres réactions que provoquent ces mots et ces termes à chaque fois qu’ils sont employés. Mais comme le dit Gigue dans sa réponse à ses détracteurs, les réactions à de tels propos sont vives, aussi parce qu’elles « heurtent de plein fouet la doxa occidentale »…

Au-delà des mots, des superlatifs et des références historiques, qu’en est-il vraiment de la situation actuelle dans les territoires occupés ? Pour vous aider à juger par vous-même, un article édifiant , intitulé Our reign of terror, by the Israeli Army paru le 19 Avril dans le magazine anglais « The independant », et qui reprend les témoignages de soldats israéliens, laisse sans voix, tellement les faits décrits sont choquants et épouvantables…

23 avril 2008

Le miracle Tunisien

Le premier ministre tunisien a annoncé les nouveaux chiffres du chômage pour 2007 : il y aurait en Tunisie 500.000 chômeurs, ce qui correspond à un taux de chômage de 14.1%, en baisse par rapport au 14.3% de 2006.

En vérifiant ces chiffres sur le site de l’Institut National des Statistiques, deux détails attirent l’attention. D’abord, la définition du chômeur.

Selon l’Organisation Mondiale du Travail, les chômeurs sont les personnes âgées de 15 ans à 74 ans qui, selon la définition de l’Organisation internationale du travail (OIT): sont sans travail; sont disponibles pour commencer à travailler dans les deux semaines; et ont activement recherché un emploi pendant les quatre semaines précédentes.
Quant au taux de chômage, il correspond au nombre de chômeurs en pourcentage de la population active, celle-ci regroupant l’ensemble des personnes occupées et des chômeurs.

Selon l’Institut national de la statistique (INS), est considérée comme chômeur toute personne âgée de 15 ans et plus n’ayant pas travaillé au cours de la semaine de référence (celle où l’enquête a lieu), qui cherche un emploi et qui est disponible pour travailler au cours des deux semaines suivantes.

Jusque là, tout va bien, la définition tunisienne colle parfaitement aux standards internationaux. Mais une définition bien particulière de la notion d’actif occupé, vient changer la donne :

Selon l'INS, est considéré comme actif occupé toute personne âgée de 15 ans et plus ayant travaillé au moins un jour (ne fut-ce qu'une heure) au cours de la semaine de référence.

Ainsi, le jeune de 15 ans qui donne un coup de main dans l’épicerie de son père, tout comme l’étudiant de 18 ans qui travaille quelques heures la semaine pour garantir son argent de poche ne sont pas considérés comme chômeurs. Par contre, ils rentrent dans le compte de la population active…Etrange calcul…

L’autre petit détail concerne le périmètre de calcul. Jusqu’en 2004, le taux de chômage était calculé sur la base des 18-59 ans. A partir de 2005, cette base s’est élargie aux 15 ans et plus. Ce changement a dû certainement élargir la population active. Par contre, il n’est pas sûr que ça a fait augmenter le nombre de chômeurs, si l’on base le recensement des chômeurs sur la définition de l’actif occupé donnée ci-dessus…

Cette méthodologie de calcul du taux de chômage est-elle pertinente ? Et les chiffres sont-ils fiables et reflètent-ils la réalité du chômage en Tunisie ? On peut en douter, d’autant plus que le taux des chômeurs diplômés n’a cessé d’augmenter ces dernières années, sans avoir eu des conséquences notables sur le taux de chômage global, qui est resté stable autour des 14% ( A noter que, selon une récente étude de la banque mondiale, près de la moitié des chômeurs tunisiens sont des jeunes diplômés (42.5%)). On peut en douter aussi parce qu’en Tunisie, les indicateurs ne révèlent jamais des situations défavorables, et qu’ils ont toujours tendance à être au vert, même en temps de difficile conjoncture comme c’est le cas actuellement avec l’augmentation des prix alimentaires et de l’énergie et la baisse du pouvoir d’achat presque partout dans le monde. Pourtant, notre premier ministre se veut rassurant : Le pouvoir d'achat du citoyen s'est, également, amélioré grâce à l'évolution des salaires de 5% par an, alors que le taux d'inflation a été maintenu à 3 %, la classe moyenne s'est élargie, dépassant 80 % et le taux de pauvreté a été réduit.

C’est ça, le miracle tunisien…

22 avril 2008

Le racisme sans complexe

Au pays de la neutralité, du pacifisme et des droits de l'homme, les étrangers, les homosexuels, les musulmans et les noirs ne sont plus les bienvenus. Avec des affiches ouvertement et explicitement racistes, le parti politique suisse UDC (Union Démocratique du centre) donne une image d'une suisse xénophobe et raciste. Ses deux thèmes préférés: l'insécurité galopante et la sauvegarde de la précieuse nationalité suisse...
Déjà en 2003, une affiche représentant un passeport suisse avec la photo de Ben Laden dessus dénonçait l'octroi trop facile selon ce parti de la nationalité suisse aux étrangers. (ici, les musulmans sont clairement visés)


Ensuite, ce sont les noirs qui ont été la cible de slogans comme "Nègre go home" ou d'affiches racistes qui ont été collées sur les murs des villes suisses à l'occasion des élections municipales.


Le dernier scandale est né suite à une nouvelle affiche représentant des mains colorées tendues vers un panier rempli de passeports rouges.



L'initiative lancée par ce parti prévoit l'instauration d'un nouveau concept de naturalisation par les urnes. En gros, c'est aux suisses de décider, par voix de vote, de la naturalisation ou pas des étrangers. Une initiative tout à fait débile et discriminatoire, mais une stratégie électorale gagnante: l'UDC ne détenait que 23 sièges en 1979, il est passé à 55 sièges en 2003 et est aujourd’hui le premier parti du pays, devant les socialistes!

A quand l'interdiction du chocolat noir au pays de Milka? En tous cas, ca ne donne pas envie de visiter la Suisse...

17 avril 2008

Slogan


“Je suis un musulman,
Tues-moi et appelles ça DOMMAGE COLLATÉRAL,
Emprisonnes-moi et appelles ça MESURE DE SÉCURITÉ,
Chasses mes congénères en masse et appelle ça NOUVEAU MOYEN-ORIENT,
Piles mes ressources, envahis mon pays, corromps mes chefs et appelles ça de la DÉMOCRATIE

16 avril 2008

Enfants prisonniers


Ça se passe en Palestine, dans une base militaire israélienne proche de Gaza. Des prisonniers palestiniens, les yeux bandés et les mains liées. Et un enfant au milieu...

Source : A. COHEN / REUTERS

15 avril 2008

في الجلاز


مشيت وقت زرت تونس المرة إلي فاتت إلي جبانة الجلاز، عافا نا وعفاكم
بش نقرى الفاتحة علي المرحوم خويا
عديت نصف ساعة مرج وغش و روحت مكشبر
علاش ؟ علي خاطر العباد إلي غادي لصقوني، شدو ما سيبو، حتي ما طلعولي العصب
الجبانة ولات سوق! آش تحب تشري؟ غسلة و مسحة للقبر؟ تلييقة دهن وإلا جير؟ شويا حب للعصافر؟ تجم حتي تكري راجل ولا زوز يقراولك القرآن، و إلا عزوزة تشبعك بالدعاء٠٠٠فما حتي واحد جاء عمل طلة على القبر وقالي الكتيبة علي الرخام بلاحت بالشمس و لازمها تتعاود مالجديد، و بالطبيعة إقترحلي باش يقدهالي٠٠٠
علاش هك؟ واحد ما ينجمش ينعزل شويا و يّرحم علي إلي ماتولو في السلم والراحة؟ حتي مالجبانة ما سلمتش من البيع و الشراء؟
والذي يغيضك أكثر، هو إلي ما تقدرش تلوم علي حد، علي خاترهم زوالية يلقطو في الخبزة٠٠٠
وصحيح الواحد ينجم يستحق ينظف القبر و إلا يقرا شويا قرآن، و لاكن يلزم هذا يكون بإحترام الأهالي و الأقارب٠٠٠مش يهجمو عليه العباد د وب مايكبتيووه
حاصيلو ناقص شويا نظام ( و نظافة زادة) و الصدقة كان هي فرض، ما تنجمش تكون بالمرج

14 avril 2008

La condition de la femme en Tunisie, vue par Khadija Cherif

Dans une interview accordée à la tribune des droits humains suisse, Khadija Cherif, présidente de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (AFTD) explique quels dangers majeurs guettent les femmes en Tunisie aujourd’hui :

La régression des mentalités et la montée de l’intégrisme qui sont favorisées par l’absence de démocratie. Les risques sont sérieux. Il y a deux ans, une étude a montré que 80% des femmes voilées qui ont été interrogées le font aujourd’hui parce qu’elles veulent retrouver leur identité. Elles font ce choix pour marquer leur désaccord avec le gouvernement tunisien et les pays occidentaux qui ne respectent pas les droits de l’homme notamment dans la guerre en Irak. L’étude montre aussi que cette régression est liée à la multiplication des chaînes satellitaires dans le pays. Vu la situation internationale et l’absence de libertés chez eux, les Tunisiens se tournent vers ces chaînes qui sont pour la plupart islamistes. La chaîne Iqra, par exemple, appelle au port du voile pour mieux contrer l’Occident, et elle a une audience importante. Le danger est là !

Sur le code du statut personnel tunisien, Khadija Cherif livre ses impressions :

Le code du statut personnel promulgué en Tunisie il y a cinquante ans a été révolutionnaire par rapport à la région. Mais ce code n’a jamais consacré l’égalité de la femme avec l’homme. Ce dernier reste le chef de famille, il détient seul l’autorité parentale, la succession est toujours gérée selon la loi islamique (les filles héritent moitié moins que les garçons). En cas de divorce, la femme peut avoir la tutelle des enfants, mais uniquement si le mari est jugé défaillant. Actuellement le code marocain, la moudawna, est plus évolué : par exemple, l’autorité parentale est partagée. Et même si les Tunisiennes ont des acquis, surtout juridiques, leur vécu est semé d’embûches : le repli identitaire, les références religieuses, l’absence de démocratie sont autant d’obstacles à l’émancipation de la femme. En réalité, les Tunisiennes rencontrent les mêmes problèmes que les femmes du reste du Maghreb. On observe d’ailleurs une régression ces dernières années… Les violences domestiques sont un sujet tabou. Il n’est pas rare d’entendre des hommes, même des juges, dire que si les femmes sont battues, c’est qu’elles doivent être éduquées. C’est dire s’il y a encore du chemin à parcourir.

L’interview au complet, ici.

Chômeurs mais pas cons...

Une des manifestations pacifiques conduites par les jeunes d'Om Larayès depuis le mois de Janvier a été de poser une tente devant le siège de l'U.G.T.T. pour défendre leur droit au travail. D'où le qualificatif de "jeunes des tentes".
Sous leur tente, ces jeunes diplômés n'ont pas "chômé", si j'ose dire...Ils ont réfléchi à des solutions pour lutter contre le chômage qui touche dans la localité près de 4600 diplômés du supérieur dont 1600 titulaires de maîtrise, 1800 techniciens supérieurs et 1200 titulaires de licences appliquées et fondamentales. (Chiffres de la commission locale de la défense des chômeurs diplômés du supérieur à Om Larayès.)

Parmi leurs propositions: Offrir une opportunité de travail dans les directions locales des différentes administrations, essentiellement là où l'on enregistre un manque de cadres qualifiés, créer des directions locales des établissements publics comme la STEG, la CNSS, la CNAM..., offrir des opportunités d'embauche dans le domaine de l'enseignement entre autres, sous forme de Maître Auxiliaire Catégorie A, créer des grands projets de développement dans la région susceptibles de résoudre les problèmes de l'emploi dans la zone...Le Temps

Ces jeunes qui sont les mieux placés pour connaître les problèmes de leur région et pour proposer des solutions efficaces soulèvent là un point important: la faible présence des services de l'État dans une localité peuplée de près 30 000 personnes. A part les services de la Poste tunisienne qui sont présents dans les localités les plus enclavées du pays, les grands établissements publics tunisiens sont généralement centralisés soit à Tunis la capitale, soit dans les grands centres urbains du littoral. Désengagement de l'État ou rationalisation de l'administration publique? La question se pose...
Bien entendu, aucune réponse n'a suivi ces propositions. N'est-il pas contradictoire d'appeler les jeunes au dialogue et à la concertation, et d'ignorer ensuite leurs propositions?

11 avril 2008

Les manifestations de Redeyef


Malgré le black-out instauré par les médias tunisiens sur les troubles qui ont eu lieu ces derniers jours dans la région de Gafsa, des vidéos et des témoignages commencent à circuler sur le net et à travers la blogosphère, rendant possible une évaluation de l’ampleur des protestations.

Aujourd’hui, nous savons que ces protestations, qui durent depuis plus de trois mois, ont été conduites essentiellement par des jeunes au chômage dont certains sont en possession de diplômes universitaires. Ils ont été épaulés par de courageux syndicalistes, que l’on croyait d’ailleurs et à tort en voie d’extinction depuis un certain temps…et par toute la population de la région. Le rôle des femmes en particulier a été déterminant, et notamment celles qu’on appelle les veuves, des femmes qui ont perdu leurs maris, anciens ouvriers dans la Compagnie de Phosphate, à la suite d’accidents du travail ou de maladie contractées à cause de leur environnement de travail. Elles ont manifesté sous les tentes et dans les rues, à côté des hommes!

Selon les témoignages des habitants, une vraie atmosphère de frayeur s’est installée dans la ville de Redeyef le 6 et le 7 Avril, suite au passage en force des forces de l’ordre. Les immigrés de Nantes originaires de la ville de Redeyef en Tunisie décrivent la situation d’après les témoignages de leurs proches :

Les forces de l’ordre, qui sont présents par milliers, n’ont pas hésité à déployer des pratiques de barbares contre des citoyens qui demandaient un droit fondamental qui est le droit du travail : des coups de feu ont été entendues, des bombes lacrymogènes ont été jetées par centaines, des chiens de police traînaient dans toutes les rues de la ville, des manifestants ont été violemment battus en plein monde et des descentes policières nocturnes et musclées ont eu lieu, violant l’immunité des domiciles, qui a poussé plusieurs jeunes à fuir et à passer la nuit dans les montagnes entourant la ville. Un climat de frayeur a été instauré dans toute la ville en procédant à des intrusions menaçantes dans tous les quartiers assurant le bouclage total de la ville et l’arrêt de toute circulation...

En Tunisie, les seules formes de contestations et de défi au pouvoir qu’on connaît viennent généralement d’élites et d’intellectuels souvent isolés, d’associations et d’organisations de lutte pour les droits souvent étrangères, ou de la presse étrangère toujours censurée. Les syndicats et les partis politiques nationaux, ainsi que la justice et la (vraie) presse, ces corps qui représentent dans tout système démocratique des contre-pouvoirs efficaces, sont complètement neutralisés et contrôlés. A tel point que le peuple est la seule force sociale capable aujourd’hui de contestation. Encore une fois, les habitants de Gafsa nous le prouvent...

10 avril 2008

Les jeunes de Gafsa libérés

D'après le Comité de Soutien aux habitants du bassin minier de Gafsa, tous les jeunes qui ont été arrêtés depuis dimanche dernier ont été libérés hier dans la soirée. Trois syndicalistes demeurent néanmoins en détention. Cette libération est considérée par le comité comme "une première victoire des mobilisations"

Source.

Choix cornélien...

09 avril 2008

Quel dialogue?



Les jeunes du bassin minier de Gafsa habitent l’une des régions les plus pauvres et les plus polluées de Tunisie, où le chômage frappe près d’une personne sur deux, les condamnant à la migration économique vers le nord. Ils habitent une région qui a été mise à l’écart de tous programmes de développement et d’investissements économiques en faveur des régions côtières et touristiques, à tel point que la Compagnie de Phosphate de Gafsa représente le seul employeur de la région. Ces jeunes, en découvrant le 5 Janvier 2008 que la corruption et le favoritisme ont remplacé la compétence en tant que critère d’employabilité lors du dernier concours de recrutement de la Compagnie de Phosphate de Gafsa, ont décidé de témoigner leur mécontentement. Quoi de plus légitime ?
Les manifestations pacifiques se sont alors multipliées ces trois derniers mois : des rassemblements populaires dans des places publiques ou devant des bâtiments officiels, installations de tentes permanentes dans les villes de Redeyef, Oumm Laarayes, Metlaoui et El-Mdhilla… Leur seul but était de se faire entendre.
Début Mars, l’espoir renait, quand les autorités se sont engagées à recruter 46 personnes parmi les familles de victimes d’accidents du travail et de maladies professionnelles qui étaient employées par la Compagnie des Phosphates de Gafsa, à confier quatre contrats de sous-traitance de la compagnie à des diplômés chômeurs, l’emploi d’un certain nombre de diplômés chômeurs dans l’administration publique. Puis il y a eu rupture des négociations et un retour aux bonnes vieilles méthodes répressives, qui ont atteint un pic de violence depuis le 6 Avril.
Voici donc un exemple concret de jeunes qui n’ont appelé qu’à une seule chose : à être écoutés et à dialoguer. Les a-t-on écouté ? Les a-t-on consulté ? Les a-t-on invité à dialoguer sur le net ?
Non, au contraire, on les a violenté, persécuté, arrêté, et on a étouffé leur parole.
Il n'y a que deux formes de dialogue qui prédominent en Tunisie : le dialogue de sourds, et celui de la force...

06 avril 2008

L'appel des journalistes de La Presse

Le Comité de Réflexion et de Sauvetage de La Presse, constitué par les journalistes Soufiane BEN FARHAT, H’Mida BEN ROMDHANE, Olfa BELHASSINE, Fadhila BERGAOUI, M’Hamed JAÏBI, Faouzia MEZZI et Raouf SEDDIK, vient d’élaborer un rapport pour dénoncer les conditions misérables dans lesquelles les journalistes exercent leur métier.
Ce rapport, qui ne nous apprend pas grande chose de nouveau sur la piètre situation du journalisme en Tunisie aujourd’hui, a le mérite de nous décrire avec détails l’effroyable arrière-décor de l’une des plus grandes machines de propagande du pays. Le fait qu’il y ait encore des journalistes conscients de tous ces dysfonctionnements relève presque du miracle, tant la situation est devenue irrémédiablement catastrophique.
Comment peut-on être un journaliste crédible, créatif et objectif quand on exerce dans un tel environnement ? Ce rapport, tel que je le vois, vient confirmer la disparition du métier de journaliste en Tunisie depuis bien longtemps. On s’en doutait, mais nous en sommes sûr et certains aujourd’hui.
A ces journalistes j’ai envie de dire : n’est ce pas aberrant de vouloir exercer le vrai métier de journaliste, tout en acceptant de travailler pour un quotidien gouvernemental ? Comment peut-on aujourd’hui vouloir informer dignement et honnêtement les tunisiens, tout en travaillant pour le compte du gouvernement ? L’indépendance du journaliste n’est-elle pas la condition préalable à un exercice juste de sa fonction ? N’avez-vous pas renoncé au journalisme en acceptant, en toute connaissance de causes, de travailler à La Presse ?
Les conditions de travail de ces journalistes sont inacceptables. Malheureusement, on retrouve ces mêmes conditions dans la majorité des milieux professionnels en Tunisie. Le métier de journaliste, comme celui de juge, d'écrivain, de député et d’homme politique se sont progressivement vidés de leur sens. Un constat dur et affligeant…
Quand bien même elle serait tardive, l’initiative de ces journalistes est louable. Le constat et la dénonciation sont des préalables à la reconstruction. La priorité réside aujourd’hui dans le regain de crédibilité aux yeux du peuple. Sans cela, leurs actions resteront vaines.

Le rapport est un peu long. Je recommande particulièrement la lecture du paragraphe consacré à la censure.

Introduction
Nous, journalistes soussignés, avons décidé de nous réunir en un Comité de Réflexion et de Sauvetage de La Presse. Notre motivation est strictement professionnelle, sans aucune considération d'ordre politique ou personnel. Nous sommes attachés à faire en sorte que le journal La Presse continue de servir avec sérieux et brio les intérêts supérieurs de notre pays. En sa qualité statutaire d'entreprise publique, il lui incombe d'assumer sa vocation de service public pour une information fiable, honnête et crédible, au seul service de la Tunisie et des Tunisiens. Nous réaffirmons notre plein engagement en faveur des choix stratégiques, modernistes et équilibrés de la Tunisie, notre unique ambition étant de contribuer à ce que le secteur de l'information soit à la hauteur des performances et acquis réalisés par la Tunisie dans d’autres domaines.
Il est de notre devoir de prendre cette initiative de sauvetage de notre journal parce que les conditions de travail des journalistes de La Presse sont devenues inacceptables. Ces conditions de travail, que nous décrivons ci-dessous, ont engendré une grave détérioration de la qualité du journal, qui a vu tant de lecteurs se détourner vers d’autres quotidiens parce que, comme beaucoup d’entre eux l’affirment, ils ne reconnaissent plus leur journal, devenu le véhicule d’une information insipide et stéréotypée, traitée d’une manière très peu professionnelle et qui ne sert ni le gouvernement, ni les lecteurs, ni l’image du pays. Sans parler de la langue de bois imposée au journal et qui est pour beaucoup dans le découragement des lecteurs.
Cette initiative est une sonnette d’alarme qui s’adresse en premier lieu au gouvernement, propriétaire du journal, afin qu’il prenne de toute urgence les mesures appropriées en vue d’inverser la tendance actuelle et de remettre le journal sur les rails : ceux d’un engagement plus sain et plus dynamique au service des grands défis que se lance notre pays.
Le comité est ouvert à toutes les bonnes volontés parmi nos collègues désireux de sauver le journal La Presse et de l’aider à regagner son audience ainsi que sa réputation perdues, et déterminés aussi à accompagner les profondes mutations de notre époque autrement que par des méthodes éculées et anti-professionnelles.

L’état des lieux que nous dressons ci-après donne la mesure de l’impératif d’agir en vue de créer un climat différent, à la faveur duquel le journaliste de La Presse pourrait enfin renouer avec son journal et avec le plaisir d’y apporter le fruit de son labeur et de son expérience.


La situation matérielle des journalistes de La Presse
La situation matérielle des journalistes de La Presse laisse à désirer, au propre comme au figuré. Elle se caractérise par une marginalisation manifeste de la Rédaction. Dernier exemple en date : une réunion du comité d'entreprise a été décidée et convoquée en janvier 2008 par la Direction générale. Différentes parties y ont pris part, sauf la rédaction!
Pourtant, l’équipe du journal La Presse constitue, statutairement et pratiquement, le cœur même de l'entreprise qui, comme son nom l'indique, est une Société Nouvelle d'Impression, de Presse et d'Edition (SNIPE).
Cette marginalisation n’épargne pas les plus anciens d’entre nous. Elle relève même d'une stratégie délibérée, soucieuse de neutraliser les journalistes, dans le cadre d'une manœuvre de contrôle et de surveillance.
Dans les différentes facettes du travail du journal La Presse (contenu, forme, gestion des ressources humaines, positionnement sur le marché, visibilité, recherche d’un supposé label d'excellence …), cela prend malheureusement la forme d’un nivellement par le bas.
La chose est d’ailleurs palpable à différents niveaux : le cadre de travail, les dynamiques de groupe, les salaires et échelles de motivation matérielle et morale, les gestions des plans de carrière.

Le cadre de travail : il reflète fidèlement la place qui est réservée aux journalistes au sein de l’entreprise. Les locaux qui abritent ces derniers sont étroits, vétustes, délabrés et menaçant ruine par endroits. Quelques dizaines de mètres carrés, où s'entassent plus de cinquante journalistes professionnels (sans parler des pigistes et des collaborateurs externes), forment un espace de travail synonyme de promiscuité.
Par endroits, il n'y a même pas de fenêtres. La lumière blafarde des néons baigne les lieux de jour comme de nuit, toute l'année durant. Il n'y a guère de murs (hormis ceux du bureau du rédacteur en chef principal), et donc point d'intimité pour les journalistes, hommes et femmes. L’écrasante majorité des journalistes évoluent dans des espaces incommodes.
Le parterre est à demi couvert de plaques grisâtres à la composition douteuse (leur pose remonte à plus de vingt ans).
Le bloc sanitaire est considérablement détérioré, sale, dégoulinant de fuites diverses, manquant de l'aération la plus élémentaire (absence totale de fenêtres ou de circuits de ventilation), et n’offrant pas les conditions minimales d’intimité et de respect de soi et d'autrui.
L'enceinte abritant la rédaction est surmontée d'un escalier menant à la terrasse-toit : véritable dépotoir de paperasse et déchets de différentes natures.
La majeure partie des journalistes ne dispose pas d'armoires de rangement de leurs documents et effets personnels. Encore moins de boîte à lettres ou de tables de travail individuelles. Leur courrier traîne le plus souvent pêle-mêle sur une table de fortune.
Les postes téléphoniques sont en très petit nombre et la plupart du temps défectueux. Il n'y a guère de ligne directe, et encore moins internationale, à la disposition des journalistes. Guère de fax, d'imprimante ou de photocopieuse. Les ordinateurs sont le plus souvent défectueux, sclérosés, les virus de divers ordres y sont légion. Les câbles traînent dangereusement dans les locaux, près des télex, le long des semblants de murs de séparation, au mépris des règles élémentaires de sécurité et d'hygiène. L'eau des climatiseurs déborde souvent dans les locaux. Les fenêtres sont difficilement maniables et les rideaux sont hideux… La liste est encore longue.
Alertée à maintes reprises, la direction générale a promis de parer à toute cette misère. Promesses non suivies d'exécution.

Les dynamiques de groupe : le travail journalistique (et a fortiori la production d'un journal quotidien) est par essence un travail collégial, d'équipe. Il nécessite une coordination et une concertation de tous les instants au sein même de la rédaction et dans les rapports de celle-ci avec les services techniques et administratifs. Or, à La Presse, les journalistes sont atomisés, dispersés, cloîtrés dans des tâches spécifiques. La transversalité du travail, moyennant réunions périodiques et informations réciproques en amont et en aval, n’est pas de mise. Nucléarisés à dessein, les différents services s'ignorent, souffrent d'une absence de coordination. Tout est hyper-centralisé au niveau de la Direction générale, qui évite toute réunion avec les journalistes, ensemble ou par services. Il arrive souvent, d’ailleurs, qu'il y ait des interférences entre les services au sujet de voyages, missions, interviews, articles, commentaires…) sans que les responsables ou les journalistes du service en question soient mis au courant.

Les salaires et échelles de motivation matérielle et morale : En général, les salaires des journalistes sont faibles, inégaux et dérisoires pour certains. Ils sont bien en deçà des profils des journalistes, de leurs expériences respectives et des efforts consentis par eux au service du journal. Certes, cela relève de la convention collective de la presse écrite. Toutefois, La Presse pâtit du manque d'un statut propre ou d'une convention interne qui aiderait à pallier à cette injustice qui frappe les journalistes de plein fouet. Ceux de nos collègues qui sont partis à la retraite en témoignent. Leurs pensions de retraite sont très faibles, les autorisant à peine à faire face aux besoins du quotidien. Certains d'entre eux en sont réduits à assumer des vacations –généralement sous-payées- après la retraite.
Quant aux piges, censées améliorer le niveau des salaires, elles sont très anodines, voire insignifiantes. Le barème de leurs montants s'est rétréci comme peau de chagrin au fil des ans.
Côté moral, les journalistes ne sont guère motivés. Il n’est pas rare qu’ils soient pris à partie et taxés d’opposants tapis dans l'ombre. Et s'il arrive aux journalistes de la Presse de bien faire leur travail (après s’être faufilés entre les obstacles), s'ils en sont félicités par les lecteurs ou quelque autre partie politique, administrative, ou diplomatique, les différents responsables qui se succèdent à la tête du journal ne les en avisent guère.
Les stages de formation, de recyclage et de perfectionnement ne profitent pas à tous les journalistes. Au cours des cinq dernières années, certains journalistes en ont profité à maintes reprises, notamment à l'étranger, tandis que d'autres en ont été littéralement privés. Idem pour les missions à l'étranger, octroyées selon des critères qui n’ont rien à voir avec les considérations professionnelles. Il est arrivé que des missions de certains services spécifiques soient "attribuées" d'une manière arbitraire à des journalistes complètement étrangers à la spécialité en question ou à l'objet de la mission proprement dite.

Les gestions des plans de carrière : Elles sont inexistantes pour la plupart des journalistes. Les jeunes journalistes sont abandonnés, sans le moindre encadrement, pressés qui plus est de produire une quantité considérable d'articles. Certains d'entre eux sont de simples pigistes, subissant une précarité propice à tous les chantages.
Alors que nous manquons d'effectifs, de jeunes journalistes prometteurs sont marginalisés dans leur statut professionnel précaire (pigistes ou contractuels, parfois bien au-delà des limites légales qui prescrivent leur titularisation). D’autres, qui sont plus anciens, et dont certains ont le grade de rédacteurs en chef, sont tenus à l’écart des très rares réunions du comité de rédaction. Et cela bien que les écrits de ces journalistes attestent clairement qu'ils sont en pleine phase de production, sur les plans aussi bien quantitatif que qualitatif.
Il faut également déplorer le sort peu enviable réservé aux collègues qui partent à la retraite. Certains d'entre eux ont été littéralement "débarqués" des locaux de la rédaction, sommés par des agents administratifs de prendre des congés avant de quitter définitivement le journal. L'un d'entre eux a été empêché de rejoindre les locaux du journal sur instruction ferme de la Direction générale, après 37 ans de service. Et cette mesure aurait été effectivement appliquée, n’eut été l'attitude énergique des collègues qui l'ont réintroduit dans les locaux tout en organisant une cérémonie d'hommage en son honneur et à celui d'autres collègues partis à la retraite.

Ressources humaines
Autant dire que le constat est celui de l'absence totale d'une quelconque vision cohérente de l'entreprise en matière de ressources humaines. Pourtant, le journal "La Presse" se prévalait, dans le temps, des meilleures plumes, et attirait, que ce soit à titre de collaborateurs ou de correspondants, de nombreux francophones de tous les domaines, de toutes les franges socio-économiques et de tous les horizons, dont des cadres tunisiens vivant à l'étranger, ainsi que des coopérants, hommes d'affaires, universitaires, experts et diplomates étrangers résidant chez nous.
A contrario de ce rayonnement porteur de crédibilité et d'ouverture sur son environnement, qu'il a connu durant de longues années, notre journal n'a cessé, ces dernières années, de voir son audience se restreindre et son niveau se déclasser. Quel journaliste de La Presse n’a-t-il pas été, à un moment ou un autre, apostrophé par un lecteur mécontent en ces termes : « Votre journal est vide, je ne l’achète plus ». Sans parler du site Internet du journal qui se limite à une photocopie statique du support papier.
Cette perte de confiance et d’audience est intervenue à la faveur d'un long processus qui a vu La Presse, concomitamment, cesser d'être l'espace de débat intellectuel qu'il a souvent été, délaisser son créneau de journal de proximité au profit d'un profil partisan, et adopter une politique de recrutement douteuse, pénalisant le professionnalisme et la maîtrise de la langue française.
Mais le journal ne s'est pas contenté d'une mauvaise politique de recrutement, il a, de surcroît, tout mis en oeuvre pour décourager ceux qui ont tenu à faire carrière en son sein, et n'a rien fait pour retenir ceux qui ont fini par songer à aller chercher ailleurs le statut et les avantages que leur profil et leur niveau de professionnalisme méritaient. Or, tout le monde s'accorde à dire, aujourd'hui, que les journalistes professionnels maîtrisant le français viennent à manquer, et qu'il n'y a plus, en Tunisie, de vrais francophones attirés par la carrière de journaliste.
Encore faut-il se poser les bonnes questions à ce sujet ! Les bonnes questions, c'est de savoir si l’on demeure convaincu de l'importance stratégique du journal "La Presse" en tant que source d'information crédible et objective, en tant que référence en matière de langue française en Tunisie, en tant qu'image concrète de modernité et d'ouverture, et en tant qu'école de débat intellectuel au service du processus de démocratisation de la vie nationale : toutes prérogatives dont, malheureusement, notre journal ne peut guère plus se targuer aujourd’hui. Car, qui est en mesure d'affirmer, aujourd'hui, que le journal "La Presse" représente véritablement un espace de réflexion, encore moins un outil au service du progrès et de la modernité, dans le sens de la représentation de la diversité des idées et des expressions sociales, ainsi que du pluralisme ou d'une quelconque option de libre participation à la vie de la cité et à l'édification de la société de demain ?

Le contenu et la forme
La fonction première d'un journal n'est-elle pas d'informer et, pour informer, un journal ne doit-il pas être attractif, refléter les préoccupations de ses lecteurs ? Or, ni au niveau du contenu, ni au niveau de la forme, le journal La Presse ne répond à ces exigences.
A commencer par la «Une». Les articles culturels, sociaux et économiques ainsi que les articles et commentaires « maison » de qualité n’ont pas de place sur la première page du journal. Tout au plus ont-ils droit parfois à un faux appel. La « Une », qui est la vitrine du journal, est quasi-exclusivement réservée aux dépêches des agences de presse (TAP, Reuter et AP).
Les raisons de l’exclusion des journalistes de La Presse de cet espace du journal demeurent un mystère qu’aucun directeur n’a voulu élucider.
Les genres, appelés dans le jargon journalistique « nobles », tels que les enquêtes, les reportages, les dossiers, les portraits, les commentaires pluridisciplinaires, sont en voie de disparition.
On ne parlera pas ici de l’éditorial, à travers lequel se maintient, pourrait-on penser, un espace réservé aux plumes du journal. Pour toutes sortes de raisons, son niveau de qualité est devenu une référence en matière de discours creux et inconsistant : écho fade et sans âme de tel ou tel aspect de l’actualité politique, dont on s’accommode fort bien à la tête du journal… Ainsi, la qualité du contenu se trouve fortement affectée et le produit journalistique est réduit à une masse d’informations insipides, qui rebutent le lecteur.
Les titres dont le journal gratifie ses lecteurs sont à l’avenant et échappent à toute norme professionnelle. Exemple parmi tant d’autres, le 19 mai 2007, la Presse titrait : « Cérémonie de signatures de deux accords de concession relatifs à la construction et l'exploitation de l'aéroport d'Enfida et l'exploitation de l'aéroport de Monastir ». Le lecteur ordinaire y perd son latin et ne se retrouve nullement.
La surcharge de l'information officielle est telle que le journal semble renoncer à sa spécificité pour s’apparenter à un organe du parti. On se demande quelle est en fait la ligne du journal. Des rubriques de proximité telle que « Pris sur le vif », « Humeur », « Courrier des lecteurs », « Faits divers », qui faisaient la renommée du journal ont disparu.
Alors que la presse électronique menace sérieusement les médias classiques, notre journal à nous continue d'ignorer la photo, qui fait figure de parent pauvre ou carrément de bouche-trou. La conséquence, c'est une photothèque vidée de toute sa substance : chaque service est obligé, soit d'organiser sa propre photothèque, soit de puiser anarchiquement dans les sites web en faisant fi de la propriété intellectuelle et artistique. Le journal continue de perpétuer la même charte graphique des années 1970.
La publicité a été mise de la partie pour réduire l'espace rédactionnel réservé aux journalistes. Même les suppléments, qui étaient créés dans le but de revaloriser cet espace et d'assurer une valeur ajoutée au journal, en ont pâti. Pire, ils se sont transformés en véritable alibi pour la publicité, et nos lecteurs avouent souvent qu’ils les perçoivent comme un accessoire inutile et jetable. Quant aux journalistes qui y participent, ils y perdent en lectorat et en motivation. La somme d'énergie dépensée dans la gestion de la documentation, dans la recherche, dans le travail d'investigation - ces suppléments étant conçus dans une approche d'analyse - voient ainsi les efforts des journalistes échouer dans le manque d’intérêt.


La censure
Il n’y a pas un seul moyen d’information au monde, qu’il s’agisse de presse écrite, radiodiffusée ou télévisuelle, où il n’y a pas de contrôle exercé sur le contenu. Aucun homme raisonnable ne revendique la liberté absolue d’expression et d’opinion, car tout n’est pas publiable et toutes les opinions ne peuvent pas revendiquer au même titre le droit de s’exprimer librement. Aucun homme raisonnable ne criera à la censure si l’article refusé par le responsable d’une publication ne respecte pas les règles de base de la déontologie journalistique et les principes de base de la morale.
La Presse de Tunisie est un journal gouvernemental. Aucun journaliste de La Presse ne conteste le droit du gouvernement d’utiliser son journal pour faire passer ses messages et pour défendre ses réformes. Du reste, les propriétaires des journaux réputés les plus grands et les plus libres dans le monde ont leurs propres intérêts, qu’ils servent et qu’ils défendent à travers leurs publications. Les journaux les plus libres et les plus libéraux du monde ne sauraient affirmer n’avoir jamais eu recours aux mécanismes de contrôle des articles que leur proposent leurs journalistes.
Pendant de longues années, les journalistes de La Presse se sont accommodés de ce contrôle. Les désaccords sur le contenu ou la forme d’un article se résolvaient le plus souvent amicalement entre le journaliste et, selon le cas, son chef de service ou son rédacteur en chef. La preuve en est que, pendant de longues années, La Presse n’a connu ni grogne, ni protestations collectives ni pétitions contre la censure. La première pétition à ce niveau, rendue publique par les journalistes de La Presse, remonte au mois de mars 2004, alors que notre journal existe depuis 1936.
Le problème se pose, donc, à partir du moment où la censure se transforme d’une incommodité gênante mais tolérable, en un fléau qui menace le journal d’anémie profonde. C’est parce que nous refusons cette anémie que nous avons décidé d’agir et d’alerter les autorités concernées.
La dégradation brutale de la qualité du journal n’est pas due aux journalistes, qui restent attachés à l’obligation de faire correctement et consciencieusement leur travail, mais à la pratique systématique d’une forme de censure et de transformation autoritaire des articles, et cela dans tous les domaines : Politique nationale et internationale, Société, Economie, Culture, Sports, Magazine. Même le « Supplément Jeunes » et les articles sur la météo ne sont pas épargnés. Les articles partiellement « corrigés » sont tellement changés que leurs auteurs ne les reconnaissent plus.
Point important : les articles partiellement censurés sont charcutés de la manière la plus arbitraire, sans le moindre égard pour la structure du texte et pour sa cohérence d’ensemble, et sans le moindre respect pour le journaliste qui, n’ayant été ni invité à donner son avis ni même informé des modifications qu’on a fait subir à son texte, découvre ce dernier le lendemain en feuilletant le journal, méconnaissable, fortement dégradé et, ultime insulte, signé en son nom.
Les exemples pullulent. Une collègue qui a titré son article, écrit à l’occasion de la journée internationale de la femme : « Quand seront-elles plus nombreuses à investir la ville ? », découvre le lendemain son article portant le titre suivant : « Elles seront plus nombreuses à investir la ville ». Un collègue qui a intitulé son commentaire sur la situation au Liban : « Une nouvelle crise à l’horizon », découvre le lendemain un titre qui n’a absolument rien à voir avec son texte : « Aider le Liban à surmonter ses crises ». Parfois, la plume du censeur s’emmêle les pinceaux. Ainsi, un collègue du service Sport qui écrit : « Pour le public, peu importe qui se trouve à la tête de l’équipe nationale, l’important c’est les résultats », découvre le lendemain, avec consternation, la version « corrigée » de sa phrase : « Le public qui est à la tête de l’équipe nationale, veut des résultats. »
Nous avons choisi ces quelques exemples pour leur brièveté, car si l’on devait reproduire toutes les modifications, altérations et dégradations infligées quotidiennement au travail des journalistes de La Presse durant seulement une année, il faudrait assurément beaucoup plus que le présent rapport.
La censure pure et simple des articles est monnaie courante. Rarement un jour ne passe sans que la direction générale n’enlève un article. Il va sans dire que les articles relatifs à la politique nationale et internationale, et ceux qui sont produits par les services Société, Economie, Sports et Culture, font l’objet d’une surveillance particulièrement sourcilleuse, et ceux qui sont purement et simplement censurés se comptent par douzaines. Mais ce qui est surprenant est que même les articles relatifs à la météo ou contenant des données officielles transmises aux journalistes par les services ministériels n’échappent pas aux ciseaux de la direction générale. C’est ainsi qu’un article intitulé « Au secours, il pleut » a été censuré. Et le même sort a été réservé à un autre, intitulé : « L’emploi, notre défi majeur ».
La qualité de notre journal se dégrade de jour en jour. Nous n'émettons ici aucun jugement subjectif, mais c'est l'avis de tous ceux, lecteurs et observateurs, à qui on demande leur avis sur La Presse.
Même dans les cercles officiels, l'évaluation du contenu et du niveau de notre journal est pour le moins réservée. En janvier dernier, le ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, M. Rafaa Dkhil, était invité à une réception organisée par La Presse dans un hôtel de la capitale. Dans l'allocution qu'il a prononcée, le ministre n'a pas caché son désappointement face à la dégradation de la qualité et du niveau de La Presse. Il a donné l'exemple de la couverture par La Presse des débats budgétaires de décembre dernier à l'Assemblée. Cette couverture, a affirmé M.Rafaa Dkhil, était d'une qualité médiocre, loin derrière celle de tous les autres journaux de la place. Inutile de dire que La Presse du lendemain n'a reproduit aucune des critiques émises par le ministre à l'égard de notre journal. Pire encore, aucun journaliste de La Presse n'a été autorisé à écrire un article sur la réception en l'honneur de nos anciens collègues retraités. La direction s’est contentée, une fois de plus, d’une dépêche de la TAP.
L’exemple donné par M.Rafaa Dkhil dans son évaluation de notre journal est parfaitement juste. La couverture des débats budgétaires par La Presse n’était pas à la hauteur. La faute ne revient pas aux journalistes, mais à la direction générale qui dissuade ou supprime tout propos critique et interdit la référence au moindre député qui ose mettre le doigt sur les problèmes. Les journalistes font leur travail en répercutant la teneur des débats qui ont lieu dans l’enceinte du parlement. Mais les articles sont amputés d’un trait de plume de tout ce qui s’apparente de près ou de loin à une critique, à une remarque pertinente sur les insuffisances de l’administration ou à une mise en garde contre tel ou tel aspect négatif dans la gestion politique, sociale et économique du pays. Même les noms des députés sont de trop. Ne trouvent grâce que les propos laudateurs et les discours qui laissent entendre, de façon irresponsable, qu’en Tunisie tout va bien et qu’il n’y a chez nous aucun problème de quelque nature que ce soit.
Ce qui s’applique à la couverture des débats budgétaires par les journalistes de La Presse, s’applique à tous les autres domaines qu’ils entreprennent de couvrir. Pour la direction générale, les journalistes n’ont pas pour mission de critiquer, d’enquêter sur les problèmes économiques et sociaux ou de pointer le doigt sur les blocages existants, mais de répéter tous les jours que tout est pour le mieux. Même les événements dont personne ne peut être tenu pour responsable sont interdits de publication à La Presse. Quand il pleut beaucoup, nous ne pouvons pas enquêter sur les dégâts causés par les inondations. Et quand il ne pleut pas assez, on ne peut pas enquêter non plus sur les conséquences de la sècheresse.
La censure systématique dont sont victimes tous les journalistes de La Presse sans exception, et qui est source de démobilisation, est en train de tirer le journal vers des profondeurs vertigineuses et de mettre en danger l’image même du journal, sa position commerciale sur la place et, à terme, sa survie. Car enfin, le lecteur va-t-il être éternellement fidèle à un journal dont la médiocrité s’accentue de jour en jour ? Va-t-il continuer longtemps encore à acheter un journal où il ne trouve pas la moindre critique pertinente et dont le contenu se résume en trois mots : « Tout va bien » ?
La question à laquelle nous souhaiterions qu’une réponse soit apportée est la suivante : quels intérêts est-on en train de servir en gérant la rédaction de La Presse à coups de ciseaux ? On ne sert pas les intérêts du gouvernement, puisque le niveau lamentable atteint par le journal ne fait sûrement pas honneur à son propriétaire. On ne sert pas les intérêts des journalistes qui y travaillent, puisqu’ils sont brimés, frustrés et empêchés de faire correctement, consciencieusement et honorablement leur travail. Elle ne sert pas les intérêts des lecteurs, puisqu’elle leur présente un produit journalistique d’une médiocrité rebutante. Elle ne sert pas les intérêts du pays, puisqu’elle nie ses problèmes et interdit absolument d’en parler. Alors quels intérêts sert-on ?
En gérant de la sorte notre journal, la direction générale se trouve aux antipodes des recommandations des discours officiels, y compris et surtout ceux du Président de la République, qui a insisté de nombreuses fois sur la nécessité de développer le secteur de l’information en le tirant vers le haut. Depuis quelques temps, La Presse a pris la pente déclinante, parce qu’elle est tirée délibérément vers le bas.


Le statut du journaliste
La question du statut du journaliste de la Presse ne diffère pas énormément de celle qui concerne le journaliste tunisien en général. On partage avec ce dernier un déficit d’image dans l’opinion publique, surtout depuis que le citoyen consommateur d’information a la possibilité de faire des comparaisons quotidiennes entre l’audace des uns et des autres.
Mais le malaise n’est pas moindre pour le journaliste de la Presse : il est au contraire plus important. Et ce n’est pas qu’une question de regard porté sur nous par le citoyen. Il est significatif que la plupart des journalistes de la Presse qui arrivent en fin de carrière n’ont pas une idée glorieuse du travail qu’ils ont exercé pendant de longues années. Beaucoup sombrent dans une vision négative, marquée par le dépit.
Le métier que nous exerçons, qui peut être merveilleux, a quelque chose qui peut devenir très ingrat, et qui a un effet corrosif sur l’image que l’on se fait de soi. D’où sans doute des tendances à prendre des libertés avec la déontologie et, dans le même temps, à développer une attitude de défiance à l’égard de tout ce qui est instance dirigeante.
A la base, il y a un déni de reconnaissance de la qualité propre du journaliste. Ce déni, on peut penser qu’il fait l’objet d’une politique délibérée. De toute façon, la direction de notre journal se prête à pareille interprétation. Elle le montre de différentes façons :
- Lorsque des interventions sont faites sur les articles qui en dénaturent l’esprit, et qui sont souvent réalisées au mépris des critères journalistiques de l’écriture, voire même des règles du bon français ;
- Lorsque les moyens qui permettent la promotion professionnelle au sein du journal relèvent davantage de considérations étrangères au métier. Et lorsque le renoncement à certaines exigences déontologiques peut même devenir un atout ;
- Lorsque la concurrence que se livrent les journalistes entre eux en matière de qualité d’écriture, d’analyse ou d’investigation, et qui est garante d’une bonne santé collective de l’équipe, se trouve faussée par la présence d’une littérature dont on est amené à douter de l’origine exacte. Et que l’authenticité des articles devient un sujet de spéculation entre les collègues ;
- Lorsque l’originalité du travail journalistique, avec sa valeur critique et pertinente, loin de faire référence, est beaucoup plus utilisée dans une logique d’habillage éditorial ou de faire-valoir, qui sert à cacher une réalité, qui est que le journal est surtout un espace constamment mis à la disposition d’auteurs étrangers à l’équipe, et qui y produisent un discours identiquement partisan, d’un style généralement ennuyeux et dommageable, aussi bien pour l’image du journal que pour la politique qu’il prétend servir ;
- Lorsque les règles de base de l’écriture, qui sont liées à ses exigences éthiques, ne sont pas respectées. On a parlé des signatures douteuses : il y a aussi des interviews sans signature du tout, et l’on a de fortes présomptions en ce qui concerne des fausses interviews, dûment signées, elles !
La liste n’est pas exhaustive. Et on est face à une situation où de nouvelles pratiques peuvent surgir d’un moment à un autre, qui accentuent le phénomène du déni de reconnaissance. Les conditions matérielles de notre métier qui pourraient, dans un autre contexte, être considérées comme le fait d’une certaine austérité, d’un manque de moyens, sont perçues, là encore, comme le reflet de ce déni.
Il convient de souligner ici que toute action revendicative devrait prendre en compte cet aspect essentiel du problème, qui doit faire l’objet d’une réflexion quant à son ampleur véritable et quant aux moyens de le dépasser.
Cela pourrait amener à évoquer l’idée d’un « partenariat » possible. Quel que soit le mot à retenir, il s’agit surtout d’imaginer une relation nouvelle, qui prenne en compte les contraintes propres d’un journal comme le nôtre, sans sacrifier l’âme du journal et sans bafouer les exigences de qualité qui sont à la fois celles du passé de ce journal et celles que les journalistes peuvent légitimement nourrir pour l’avenir… A un moment où la bataille de la communication se livre en termes de crédibilité, de confiance tissée au fil des jours entre un journal et ses lecteurs, et de complicité positive entre telle signature et tel profil de lecteur.
Il convient enfin de souligner que le texte que nous présentons n’intervient pas seulement suite au constat des différentes atteintes que nous subissons dans l’exercice de notre métier et du fait de la perpétuation de pratiques anachroniques. Il intervient aussi après que les membres de la rédaction ont clairement pris acte du fait que la rencontre qu’ils ont eue avec la direction et au cours de laquelle ils ont eu l’occasion de faire état des problèmes qu’ils vivaient n’a donné lieu à aucun suivi digne de ce nom.
Il est utile de rappeler ici que l’organisation de cette réunion avait suscité l’espoir, non seulement de voir les problèmes clairement identifiés et traités, mais qu’un dialogue s’instaure dans la durée. Or qui peut aujourd’hui penser à ces espoirs sans y reconnaître, malheureusement, une illusion stérile et un rêve sans lendemain. Les protestations exprimées à cette occasion contre les interventions malencontreuses sur les articles ne semblent, par exemple, avoir eu d’autre effet que de conforter la direction dans l’idée que son rôle est bel et bien de disposer des articles comme bon lui semble. Et que la seule « objection » qui puisse l’arrêter de ce point de vue est la pensée du risque d’une réaction vigoureuse de la part du journaliste excédé de voir son travail continuellement altéré. D’où la tendance à concentrer les interventions sur les auteurs les plus « fragiles ». Ce qui, on doit le souligner, marque assez la place qu’occupe le principe du dialogue dans le contexte actuel : une place tout simplement nulle.
Ce rapport est rédigé en premier lieu afin de servir de prise de conscience et de sursaut salutaire pour tous les journalistes de la Presse qui ont trop longtemps accepté l’état actuel des choses avec fatalité et résignation. Mais il s’adresse aussi, et avec insistance, aux autorités publiques, qui se trouvent être en même temps les propriétaires de La Presse. L’appréciation de la qualité du journal par l’autorité de tutelle, en l’occurrence le ministère de la Communication et des Relations avec le parlement, étant manifestement réservée, et c’est un euphémisme, nous appelons de notre vœu une clarification de nature à rendre aux journalistes la possibilité de faire leur travail sans que celui-ci soit systématiquement altéré par des interventions injustifiées qui le dégradent.
Notre propos ne se limite guère à la simple critique de l’état des lieux. Nous exprimons en revanche notre disposition à concevoir un projet cohérent à même de renouer avec la bonne tradition du profil pionnier et référentiel du journal La Presse. Nous sommes convaincus qu’avec un sérieux lifting, La Presse pourrait vivre encore une éternelle jeunesse et être pour toujours un journal où bat le cœur de la Tunisie.
Tunis le 26 mars 2008