01 juillet 2008

Liberté d'expression



Dessin de Nikahang Kowsar, journaliste et dessinateur iranien.

« Pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs. »
Beaumarchais

On nous dit que nous sommes des citoyens libres d’expression et d’opinion. Notre pays est pourtant l’un des plus oppresseurs de l’expression et de l’opinion citoyenne. Pourvu qu’on ne parle pas de ce qui fâche, et qu'on ne dépasse pas les fameuses lignes rouges invisibles, mais que tout le monde sait si bien reconnaître, comme si c’était inscrit dans nos gênes. On nous affirme qu’on est officiellement et constitutionnellement libres. Pourtant, peu d'entre nous savent ce que c’est que la liberté de dire, de penser et de faire…pour de vrai !…Nous sommes justes libres de prétendre que nous le sommes, libres de penser comme il faut penser et libres de dire ce qu’il faut dire.

"Celui qui sait la vérité et qui ne gueule pas la vérité se fait complice des escrocs et des faussaires". Charles Péguy

La liberté d’expression, on ne doit pas attendre qu’on nous la serve sur un plateau... il faut la prendre, sans demander l’autorisation à personne. Soit on est libre, soit on ne l’est pas. Les journalistes se plaignent qu’on ne les autorise pas cette liberté. Pourtant, pour désinformer, diffamer, et diffuser leur propagande, ils en usent pleinement, pour même en abuser…Ils attendront. Nous, on la prend.

1 commentaire:

Massir a dit…

Cela me rappelle le dernier klem Illil "Bagdad 11/09". Cela commence justement par un sketch qui dit qu'en Tunisie, on peut parler d'absolument tout, sauf de... et s'en suit une liste illimitée de sujets dont on ne peut parler.