10 octobre 2007

Un tribunal tunisien donne raison à une enseignante voilée


Fait rarissime en Tunisie: un tribunal tunisien annule la décision du Ministère de l'éducation de renvoyer une enseignante qui a refusé d'oter son voil dans l'école secondaire publique où elle enseigne. Le juge derrière cette décision est une femme : le juge Samia El Bekri.

"Le juge El Bekri a jugé que la circulaire N° 102, publiée en 1986, qui interdit aux femmes de porter le voile, n'était pas conforme à la constitution et a demandé au Ministère de l'Education de réinstaller l'enseignante dans ses fonctions et de lui assurer un dédommagement tant financier que personnel. (...) Pour expliquer sa décision face au Ministère de l'Education, le tribunal a expliqué que la circulaire 102 "interfère dans la sphère des libertés personnelles, dans la mesure où cette façon de se vêtir exprime distinctement une appartenance culturelle, religieuse et intellectuelle et reflète une inclinaison personnelle."

Le même tribunal a aussi indiqué que la circulaire 102 "confère à l'administration une autorité sans limite" menaçant les libertés individuelles...Il a même qualifié la circulaire d'anticonstitutionnelle...

La justice tunisienne reprend-elle du poil de la bête et gagne-t-elle en indépendance? Pas si sûr, ni aussi facile...Mais le fait que ce tribunal ait rendu une décision opposée à l'avis du ministère sur un sujet aussi délicat que le voile représente quand même un signal bien fort. Sommes-nous sur la voix de la "normalisation" du port du voile en Tunisie? Cette décision y aura en tous cas contribué...Retse maintenant à attendre la réaction de l'Etat et de tout le tissu associatif qui lutte contre le port du voile...

Cette décision confortera dans leurs choix beaucoup de femmes tunisiennes qui se voilent. Ces femmes qui se voyaient refusées et refoulées de l'administration tunisienne pourraient désormais avoir recours à cette décision de justice. Cette juge vient en quelques sortes par sa décision de casser cette circulaire et d'annuler son effet. Cette loi devra-t-elle être modifiée ou suprimée? Le débat s'impose...

Source: Magharebia

12 commentaires:

samsoum a dit…

J'ai vraiment du mal a croire que la juge est si indépendante que ca. Pour beaucoup moins que ca des juges ont été limoges. C'est louche!!
Mais bon, j'espère que je me trompe et que tout cela n'est pas une mise en scène d'ouverture.

Doc-De-Choc a dit…

on ne pe que saluer cet initiative en esperant quelle en appelera d autres !!

Antar a dit…

Samsoum c 'est evident que c'est un trompe l'oeil dans un contexte aussi delicat que celui ou on se trouve avec cette gerev de la faim qui comemnec a ressembler a un post 18 octobre ...Il est evdent que c'est une carte que le regime veut avoir en main et demontrer "sa bonne foi "

anonyme17 a dit…

à ma connaissance la circulaire qui interdit le port du voile est numérotée 108 , comment ça se fait que le jugement cite une circulaire 102 ?????

Kaiser a dit…

إن شاء الله ها القاضية ما يطيّروهاش بالضربة القاضية. أمّا ما نتصوّرش أنّو الأمور باش توقف عند ها الحدّ خصوصا وأنّ تونس قاعدة تحارب (أي نعم تحارب) في ما يسمّى باللّباس الطائفي في وقت إلّي لباس طائفي آخر من نوع السترينغ والدجين و ...و.... مقبول

nostra a dit…

Lazim wasla é 3andha laktéf :D

adam a dit…

هل لك انت تحدد مصدر هذه المعلومة؟

selim a dit…

@Adam: la source est indiquée en bas du post.

tun-1920 a dit…

Bof, vous parlez d'une affaire, la citadelle est encerclée par des barbus et des voilées.Vous croyez qu'ils ont le choix les quelques staliniens qui persistent à s'opposer au voiles ? Ils seront submergés, si c'est pas déjà fait .C'est la loi du nombre qui prévaut . Face à une telle vague faudrait être cinglé pour résister . Par conséquent que ce soit une entourloupe ou quoique ce soit d'autres, le résultat est le même et les motifs aussi .

Anonyme a dit…

on est foutus

Leatitia et Laurent a dit…

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Voile ou pas, on oublie vite que la Tunisie est à l'origine un pays musulman, s'est une nation qui revendique également sa grande démocratie et pourtant les prisons se remplicent de femme innocente. La torture est devenu en Tunisie, une triste tradition de la police, des gardiens de prison. Alors la décision sur le port du voile me semble dépassé car le peuple tunisien souffre de cette situation dramatique. Nous pensons tout particulièrement à madame Harakati Sameh qui se trouve encore à la prison de Manouba, là où une sous-directrice du nom de madame Dallessi Moufida profite de sa fonction pour la torturer et lui infliger des punitions gratuites. Cette Dallessi Moufida aura à répondre devant la justice international de ses actes de violences et de barbaries.

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Kess a dit…

Il faudrait vite agir pour sanctionner à la hauteur de son crime cette sous-directrice Moufida Dallessi. Elle fait honte à la Tunisie en usant de violence contre Sameh Harakati, la justice a le devoir d'intervenir pour ne pas laisser cette image déplorable de la Tunisie.