22 août 2008

Homo Tunisianus


Lors de mes vacances en Tunisie, j'ai eu deux certitudes: les prix ont sensiblement augmenté, et les tunisiens consomment toujours plus! C'est toujours la bousculade dans les grandes surfaces, et les fast-food et restaurants ne désemplissent pas...

Quelle contradiction, quand on sait que le consommateur tunisien vient tout juste d'encaisser le choc de l'augmentation brusque des prix depuis le début de l'année, qu'il s'accroche comme il peut pendant la période estivale, synonyme d'augmentation des dépenses, et qu'il s'apprête à heurter brutalement un mois de Ramadan qui gonflera son budget alimentation (et son ventre par la même occasion...) suivi d'une rentrée qui ne sera pas moins chère pour le ménage tunisien qui est constitué d'au moins deux enfants en moyenne... Sans parler de l'Aïd, qui n'est que dans un mois, et la prochaine et probable augmentation du prix l'essence à la pompe...

Quelle est donc cette recette secrète qui rend le budget du tunisien si extensible? Les prêts bancaires et familiaux? "Travailler plus pour gagner plus" (ça, c'était pour l'humour...)? Ou le "système B" (incluez dedans la débrouille, les pots de vin, et tout moyen, qu'il soit honnête ou pas, de se faire de l'argent...)?

Ce qui m'amène à ma troisième certitude: le tunisien n'est pas un Homo Oeconomicus! Je m'explique par une petite définition économique élémentaire:


L'Homo œconomicus est considéré comme rationnel. Autrement dit, cet individu:
  • a des préférences et qu'il peut ordonner. Si ainsi il préfère les pommes aux poires et aussi les poires aux bananes, alors il préfèrera les pommes aux bananes. C'est la transitivité.
  • est capable de maximiser sa satisfaction en utilisant au mieux ses ressources : il maximisera son utilité (et non pas son profit).
  • sait analyser et anticiper le mieux possible la situation et les événements du monde qui l'entoure afin de prendre les décisions permettant cette maximisation

C'est ce qu'on vous apprend lors de votre premier cours d'économie. Selon cette théorie, le tunisien aurait rationalisé son comportement en modérant sa consommation. Mais le comportement tunisien vient en contradiction à cette théorie économique, puisque le Tounsi ne trouve son bien-être que dans la dépense et la consommation et qu'il fait tout pour maximiser son profit, et non son Utilité...

Etrange Homo Tunisianus...

Source image.

16 commentaires:

HNANI a dit…

هذاكا إلّى امهبّلني، راهو نقعد نحسب بالستيلو و الورقة و ، قدّاش التونسي المتوسّط يخلص و قدّاش يصرف و لا عمري لقيت كيفاش ينجّم يفضّل باش يمشي للخلاعة ولا يبني هاك الديار
بالله كان واحد وصل يعرف، يقلّى ،باش نفهم لا أكثر و لا أقل

Houssein a dit…

Il n'y a pas de contradiction. Au fait tout dépend de comment tu définis l'utilité.

Tounsi_Zawéli a dit…

Tunisianus, ou encore "Tunisifion".

Carpe Diem a dit…

@Hnani: C'est exactement la même question qui m'a inspiré mon post!

@Houssein: Comme toute théorie économique, celle du Homo oeconomicus a bien sûr ses limites, le comportement tunisien le prouve...

Moon's Girl a dit…

En fait je rejoins ce que dit Houssein, l'utilité pour l'homo tunisianus est tout d'abord conditionnée par le paraitre ;)

Alaeddine Ben Abdallah a dit…

Je pense qu'il faut relativiser ces constatations, parce que, en dehors de certains milieux et certaines régions, le Tunisien a de plus en plus de mal à assumer des dépenses galopantes... et se contente de peu tel que acheter de la dinde au lieu du boeuf et du poisson...

Mon Massir a dit…

C'est différent pour le Sfaxien!!!!!!!

Lui a tout compris depuis des siècles!

Carpe Diem a dit…

@Alaeddine: Bien sûr qu'il faut relativiser,tous les tunisiens ne sont pas concernés.

@Massir: Même les sfaxiens se lamentent:)

jolanare a dit…

le tunisien est un baba cool no money no problem

Bugsbunny a dit…

et pour toi la consommation se résumerait à bouffer dans un fast-food??

caligula a dit…

je suis commerçant, et dieu bénisse l'irrationalité des tunisiens...au moment où les fourmis chinoises, japonaises et autres françaises épargnent à outrance, nos cigales locales font les beaux jours de mes semblables - quoique l'activité soit un peu ralentie ces derniers temps-...
je suis quotidiennement confronté aux extraits bancaires de beaucoup de citoyens pour des dossiers de crédits bancaires d'ameublement, au moins 85% de ces gens ont dépassé la fameuse limite d'endettement de 40% fixée par la BCT....ce qui m'étonne le plus, c'est leur réponse quand je leur dit qu'il ont dépassé le seuil et qu'ils ne peuvent prétendre à un crédit supplémentaire: "mais j'ai d'autres revenus... tu crois que je survis grace à ce salaire!"
effectivement, ils ont tous un studio de loué, un permis de taxi, le taxiphone au nom de leur femme, le frère ou le fils qui vit à l'étranger, la vielle à qui on extorque la retraite.....
celui qui pourra me modéliser tout ça, moi je dis qu'il est bon pour le Nobel d'économie!!!

Carpe Diem a dit…

@Bugsbunny: Le fast-food n'était qu'un exemple...

@Caligua: Merci pour ton témoignage. C'est la même chose que j'ai remarquée dans mon entourage: tout le monde trouve des moyens d'augmenter ses revenus, et pour cela on est des champions! Et je dois t'avouer que c'est la première fois qu'un commerçant tunisien optimiste sur la situation:) A bientôt!

Bugsbunny a dit…

quand on ne peut plus se payer un bon resto on se rue sur les fast-food. on ne peut pas arrêter de sortir ni de manger alors .... laisser le tunianus tranquille il fait ce qu'il peut le pauvre. la majorité des ménages sont endettés personne ne peut bouger. et ceux qui n'ont rien à perdre ont essayé et payé le prix de leur révolte.

MAD DJERBA a dit…

Je me pose souvent la question et j'ai du mal à comprendre comment les gens s'en sortent. Quand on voit le prix d'une bouteille de gaz, d'un simple yaourt,le montant des loyers et des salaires, il y a forcément une façade dorée qui cache une misère certaine. Je crains par exemple que la santé fasse partie des postes sacrifiés.

Anonyme a dit…

Très bonne question.

La réponse n est pas si difficile:
Il y a une sorte d équilibre spontanée unique ds le système tunisien: c est que tout le monde vole du haut jusqu au en bas ou du bas jusqu en haut comme vous voulez..! Chacun avec sa propre technique et sa brillante expertise ...Arrivant ainsi a ce que vous voyez en surface mais le seul facteur commun :Cest dima echki ou ebki....

MODELE ECONOMIQUE (MADE IN TUNISIA)

B.L.M


http://7elmet-tounis.blogspot.com/

pink_panther a dit…

comme une cocotte minute, il faut une soupape, rien que pour le bien être moral;
dans un pays de frustrations ou oppression intellectuelle rime avec vivre, pas de moyens de se distraire;
ennes el koll touchent le fond et creusent encore,
ce sont les pulsions de destruction qui frôlent les pulsions de vie...
on n'y peut rien, pour respirer il faut payer!
il faut croire que la théorie d'Homo oeconomicus ne s'applique tout bonnement pas au phénoméne tunisien!
ceci dit, les sfaxiens ont une bonne méthode pour s'adapter, ceci remonte peut être à leurs origines phéniciennes qui font qu'ils apprénnent à gêrer au mieux l'espace et les moyens disponibles...
mais tous se trouvent dans le même gouffre au final!
le pouvoir d'achat diminue mais les achats augmentent, c'est contradictoire mais c'est logique pour les tunisiens!
savez vous que le tunisien est le seul à répondre à une question par une question?
Ou encore qu'un sociologue tunisien a fait une experience avec un groupe d'européen sur les étudiants tunisiens qui étaient les seuls à répondre au test d'une maniére inverse à tous les autres!
(bon le test est assez long il s'agit de d'une tige avec un curseur et deux pédales droite et gauche, on demandait sur quelle pédale il fallait ppuer pour bouger le curseur dans une direction ou dans l'autre; généralement les tunisien ont répondu qu'il fallait appuer sur la pédale gauche pour bouger le curseur vers la droite et inversement...) il faut penser que le tunisien à une maniére de penser qui différe du reste de la planéte!
donc on ne peut le mettre dans la même case que les autres ni le juger sur les mêmes critéres!