10 septembre 2009

Le projet civilisationnel du changement


Depuis quelques semaines, toutes les associations, organisations professionnelles et autres institutions que compte la société civile tunisienne ne cessent de proclamer leur adhésion totale et absolue au "projet civilisationnel du Changement du 7 Novembre", et appellent ainsi à la continuité.

L'absence de la moindre critique, du moindre avis divergeant et d'une façon générale d'exception à la règle de l'adhésion, peut signifier deux choses : soit les tunisiens sont arrivés à un stade de maturité citoyenne et civile avancé qui leur permet aujourd'hui de se rassembler tous et sans exception derrière un même projet, indépendemment de leurs opinions et de leurs sensibilités différentes. Soit on vit dans un régime totalitaire qui ne peut tolérer aucun écart et aucun avis différent. Sachant que la richesse d'une société civile ne peut provenir que de la diversité de ses composantes, on est tenté de croire au deuxième scénario...

D'autant que la façon brutale dont l'état vient de boucler son dernier "chantier" pré-électoral, en délogeant manu militari le Syndicat National des Journalistes de son bureau, ne peut que confirmer cette hypothèse. La mobilisation en nombre des forces de l'ordre pour empêcher les membres du bureau syndical d'accéder à leurs locaux en dit long sur la nature des rapports que l'état entretient avec les institutions, les syndicats, ou toute organisation pour peu qu'elle soit indépendante, critique ou non allié. Parce que le dernier rapport sur l'état de la presse nationale émis par ce syndicat a été critique, et du fait qu'il ne se soit pas prononcé en faveur de la candidature du président sortant, la punition est tombée : le syndicat vient de subir un véritable coup d'état perpetré par des journalistes putshistes pro-gouvernement, et aidés par une justice partisane...

Oui, il n'y a pas le moindre espace permis à la liberté d'opinion et d'expression, et surtout pas pour les journalistes. La tolérance de l'état dans ce domaine est proche de zéro. Et en l'absence de tout autre moyen de discussion ou de négociation pacifiques, le recours à la force ( qu'elle soit judiciaire ou physique) est devenu quasi-systématique dans le traitement de ce genre de conflits d'indépendance. Tel est le projet civilisationnel qu'on appelle de toute part à reconduire : l'allégence comme unique moyen de survie et de reconnaissance, le recours à la force à la place du débat et la gestion politico-policière de toute tentative d'émancipation provenant de la société civile.

7 commentaires:

tunisianblogger a dit…

Eh oui hélas :((!!

mahéva a dit…

Slim
Je suis d'accord avec ce que tu avances, sauf que l'absence même d'un projet civilisationnel est un vrai danger pour ce pays. Je ne prétendrai pas que nous vivions sous un régime démocratique il y a plus de 22 ans, mais au moins, il y avait un projet d'éduquer le peuple et d'améliorer la situation de la femme. Aujourd'hui, on a l'impression que c'est l'inverse qui est en train de se produire.

Carpe Diem a dit…

@Tunisianblogger: Helas comme tu dis..

@Mahéva: Le sentiment de recul qu'on peut avoir sur les projets d'éducation et d'amélioration de la situation de la femme est à mon avis dû à la récupération systématique de ces 2 thèmes à des fins de propagande politiques...On les a vidé de leurs sens et de leurs contenus...

pink_panther a dit…

excellent article, mais peut être que le peuple tunisien a acquit une autre sorte de maturité: celle ou il se trouve obligé de tout laisser tomber devant l'évidence de l'impossibilité de tout changement...
c'est malheureux mais chaque peuple a le gouvernement qu'il mérite!
il faut mériter nos libertés pour les avoir et pour les mériter il faut se battre!

Carpe Diem a dit…

@ Pink: Gardons l'espoir alors que le tunisien redevienne un jour immature:) @ +

عمشة ف بلاد العميان كحلة لنظار a dit…

En fait il n'y a pas de société civile en Tunisie. Voici la définition de wikipédia : La société civile est « le domaine de la vie sociale civile organisée qui est volontaire, largement autosuffisant et autonome de l'État ». J'ai écrit un post sur ça : http://3amcha.blogspot.com/2009/08/blog-post_09.html
La société civile est le pilier des sociétés développées, alors il ne faut pas rêver.
Une fois en regardant la télé, ils ont dit que les membres de la société civile tunisienne à Montréal soutenait bla bla bla, c'est juste ridicule :)

Carpe Diem a dit…

@Aamcha...: Ahla bik! On a une pseudo société civile en Tunisie mais qui est manipulée par le pouvoir, et qui a plus un rôle d'encadrement de la société qu'autre chose...On est bien d'accord, c'est ridicule..@ +