01 juillet 2009

Express yourself, don't repress yourself!




Exprimer son opinion et dire librement ce que l’on pense…Voilà peut-être le plus grand défi que chaque tunisien doit relever aujourd’hui. Nous avons été élevés dans la mesure et dans la censure de nos propres opinions ; nos aînés nous ont toujours recommandé d’éviter de parler des sujets qui fâchent …

Il n’est plus possible aujourd’hui de vivre comme des autistes, bouches cousues et faces voilées…

Environ 10 ans après la naissance de la toile tunisienne, plus d’1 million de tunisiens continuent de naviguer dans un web censuré et strictement surveillé. Nous n’avons pas le droit de regarder des vidéos sur Youtube ou Dailymotion, pas le droit de nous informer auprès de médias indépendants. Il nous est interdit d’adhérer aux causes auxquelles nous sommes sensibles, interdit aussi de nous exprimer librement sur les réseaux sociaux. Nos comptes mails peuvent êtres trackés, et nos données personnelles violées. La toile tunisienne ressemble à une cour de prison, où un gardien armé est posté dans chaque petit recoin. ..

Les internautes tunisiens ont su s’adapter pour trouver des moyens de contourner la censure. Nous utilisons des proxys, ces serveurs anonymes qui échappent à la surveillance. Nous avons créé des sites relais pour diffuser les informations ciblées par la censure. Nous nous sommes réfugiées dans des réseaux sociaux (Blogosphère, Facebook, twitter), où nous nous regroupons pour mieux contrer la censure…Nous usons de notre humour et de notre persévérance pour résister aux pressions. Tout cela est bien, mais pas suffisant.

D’où l’intérêt d’unir nos voix aujourd’hui, nous qui sommes tous concernés d’une manière ou d’une autre par la censure sur internet et ailleurs, pour réclamer notre droit à l’expression libre. Un droit fondamental surtout dans un pays comme le notre, tristement reconnu aujourd’hui pour être l’un des plus oppresseurs de la liberté d’expression dans le monde.

C’est d’autant plus important qu’en l’absence de presse libre, et donc de contre-pouvoirs et de garde-fous aux agissements des uns et des autres, il n’y a que la scène virtuelle qui peut aujourd’hui constituer un espace ouvert à un débat public objectif et constructif…
Résistons donc à la censure!

3 commentaires:

عياش مالمرسى a dit…

Nous les aurons !!

Carpe Diem a dit…

@Aayech: Merci à toi pour tes efforts et ton initiative!

el pink a dit…

bonne initiative, espérons qu'elle aura un impact même minime!