26 décembre 2009

La Tunisie modèle de tolérence et de dialogue



L'image de la Tunisie s'est beaucoup détériorée depuis le dernier forcing "électoral" et la campagne de dénigrement et de répression des voix libres qui a suivi et qui se poursuit. Malgré une communication plus offensive répondant au coup par coup aux critiques et la multiplication des efforts de propagande, le pouvoir peine à rétablir son image d'avant, celle de garant de l'équilibre social et de la démocratisation progressive d'un pays paisible et ensoleillé... Cette mauvaise posture l'oblige à déployer davantage de moyens pour reconstruire son capital confiance, comme la récupération de toute mention positive et son amplification parfois à un point qui frise le ridicule...Deux exemples parmi d'autres de récupération et d'amplification maladroites marquent cette fin de semaine : l'ONU qui proclame 2010 année internationale de la jeunesse à l'initiative de la Tunisie, et la fille adoptive des Chirac qui salue le modèle tunisien et le cite en exemple de tolérance.

Alors que l'Assemblée Générale des Nations Unies n'a pas jugé utile de mentionner l'initiative tunisienne dans son seul et unique communiqué à ce sujet, la nouvelle a été intensivement relayée par les médias tunisiens donnant lieu à un concert de louanges et à des poussées de fierté
pour saluer "un nouveau témoignage édifiant de la grande estime que voue la communauté internationale à la Tunisie et à son Président". Beaucoup de bruit pour une simple résolution adoptée sans vote par la bureaucratie onusienne et très peu relayée dans les médias internationaux...

Quant à la fille Chirac, quand son père affirmait en 2003 en Tunisie que "
le premier des droits de l’Homme, c’est de manger, d’être soigné, de recevoir une éducation et d’avoir un habitat", elle a pour sa part eu la gentillesse de rajouter à la liste des droits "permis" aux tunisiens celui "de pratiquer la religion de son choix", tout en ignorant comme son père les autres droits et libertés qui sont systématiquement bafoués en ce moment en Tunisie. Qui sait, un jour viendra peut-être où les Chirac reconnaîtront aussi aux tunisiens leur droit à une société civilisée, juste et libre...

Ni les satisfécits de l'ONU ni les paroles d'une Chirac ne masqueront l'état de forte tension et la répression sévère que subit actuellement la société civile tunisienne. Cette quête de "bons points" pour se crédibiliser est d'autant plus ridicule que ce pouvoir qui se place comme modèle de tolérance et de dialogue avec la jeunesse aux yeux du monde continue d'envoyer en prison de jeunes étudiants syndicalistes et militants en Tunisie. C'est sur ses actes qu'un gouvernement est jugé et non par les paroles. Et ce sont ceux qui en parlent le plus, qui en font le moins...

Photo de
Mohamed Soudani, étudiant syndicaliste emprisonné

24 commentaires:

Sarah a dit…

je trouve que t'es un peu sévère avec les Chirac. Pour Jaques Chirac parce que comme tu l'as bien précisé,il a déclaré: "le PREMIER des droits de l'homme est...." et j'en suis tout à fait d'accord, le premier des droits de l'homme c'est de manger, se soigner, d'avoir accès à l'éducation et d'avoir un habitat, Chirac a bien dit "le premier", donc il n'a pas réduit les droits à cela mais a donné une priorité, et je le rejoins à 100% sur ce point. ça sert à quoi d'être libre de dire ce que tu veux alors que tu crèves de faim et que tu vis dans la rue?, et là je reprends la citation de Camus que j'avais posté chez toi aussi il y a quelques mois: "Que préfères-tu, celui qui veut te priver de pain au nom de la liberté ou celui qui veut t'enlever ta liberté pour assurer ton pain ?".
Ensuite pour ce qui est de sa fille, elle n'a pas tort. Et ce n'est pas parce qu'on manque de liberté d'expression qu'on doit refouler et dérober ce qu'on a comme valeur et acquis. Elle a déclaré: "il y a bien des églises et des mosquées qui côtoient les minarets, sans que cela inquiète la population et cela dans la plus grande tolérance", c'est tout à fait vrai, et tu ne peux pas dire le contraire! Et il faut savoir qu'elle ne l'a pas dit pour masquer les tensions entre la Tunisie et la France, ni même pour être plus proche de la Tunisie, mais pour réagir au débat sur l'identité nationale en France qui dérape sur l'acceptation ou pas de la religion musulmane dans la société française, et du vote suisse pour l'interdiction des minarets. Elle a donc cité l'exemple de la Tunisie.

anonyme 17 a dit…

@ Selim : on en a vu pire ...pourquoi veux tu que cela change ??? c'est toujours le même régime ...la même politique ... les mêmes personnes ....les méthodes de propagande qui sont d'un autre âge ...ils croient toujours qu'en monopolisant les médias étatiques et en contrôlant les pseudos privés ils pourront faire croire au peuple tout ce qu'ils veulent...يرددون الكذب... حتى يصدقونه أنفسهم

@ sarah :les lieux de culte chrétiens et juifs qui sont dont notre pays datent tous de l'époque coloniale et bien avant pour certains d'entre eux... depuis l'indépendance aucun lieu de culte autre que musulman n'a été construit et je suis pas sûr , si demain on décide de construire une église ou une synagogue en plein quartier ariana , nasr ou cité ibn khaldoun, que la population acceptera ...

Pour ce qui est de Chirac , il faut se rappeler le contexte dans lequel il a dit ces paroles qui ont déçcu tous les tunisiens ...c'était pendant la gréve de faim de plus de 50 jours de la grande militante Radhia Nasraoui ...et qu'il a ignoré complètement...c'était indécent de parler ni du premier ni du dernier des droits de l'homme à quelques kilométres d'une gréviste de la faim exposée à la mort ...pour obtenir ses droits les plus élémentaires ... c'est malheureux , après 50 ans d'indépendance, de continuer à penser que le premier des droits de l'homme c'est de manger, se soigner, d'avoir accès à l'éducation et d'avoir un habitat, et que c'est une faveur (une mziyya )de l'état que d'assurer cela à la population ...

Sarah a dit…

@anonyme 17: les lieux de culte des autres religions ont existé de tout temps, et personne ne les a jamais remis en cause, tu te demandes pourquoi y'en a pas d'autres qui ont été construits plus tard? pour la simple raison que les chrétiens et les juifs sont minoritaires en Tunisie, et les synagogues et les églises qu'il y a leur suffisent, ce qui n'est pas le cas de la France où la population musulmane s'agrandit de plus en plus, et encore pire en Suisse, où les musulmans, très minoritaires, et avec seulement 4 minarets dans le pays, se sont vus interdire de construire ces derniers, alors je suis désolée mais la Tunisie est un pays de tolérance, elle ne l'est pas devenue, mais elle l'a toujours été.
Revenons à Chirac, je dois dire que pour ma part, même en mettant cette phrase dans son contexte, elle ne me choque pas, car faut arrêter de mendier auprès des autres, chirac s'en fou qu'on soit libre ou pas, sarkozy aussi, et tout le monde si tu veux tout savoir, ce sont les intérêt économiques qui priment dans chacun de leurs discours... le premier des droit n'est pas une "myzzia" qu'assure l'Etat à sa population, puisque c'est un droit: tu te contredis en l'espace de trois mots.

Carpe Diem a dit…

@ Sarah & Anonyme17: Comme anonyme17 l'a expliqué, c'est dans le contexte de sa visite que je considère que la phrase de Chirac était déplacée. Et il ne s'agit pas de mendier sa liberté aux autres, la Tunisie a signé des accords et des conventions et s'est engagée à respecter TOUS les droits et et de garantir les libertés. Elle est tenue de respecter ses engagements. Et au delà de ces engagements, j'aimerai juste rappeler que ces droits sont inscrits dans notre constitution. Pas seulement le droit de manger et d'avoir un toit, mais aussi le droit à la parole et à l'opinion. Je peux comprendre que ca ne te choque pas, mais je ne suis pas d'accord avec cette conception des "droits à minima" : si on atteint le smig en terme de droits, on ne serait donc pas tenu de respecter l'ensemble des droits...Je pense qu'il n'y a pas de droits prioritaires sur d'autres. Regardons un peu l'Inde, c'est un pays où beaucoup de gens ont faim, n'ont pas de toit, etc..Celà n'a pas empêché les indiens d'instaurer une vraie démocratie. Et ils ne s'en portent pas plus mal...Merci pour vos commentaires

Sarah a dit…

@carpe diem: j'ai bien peur que tu m'aies mal comprise, tu sais très bien que j'ai toujours soutenu l'idée que la liberté d'expression est un droit élémentaire. N'empêche que dans un monde comme le notre la notion de priorité est inévitable et encore plus dans un pays comme le notre.
Sinon, t'as choisi l'exemple de l'Inde, tu dis qu'ils ne se portent pas plus mal, personnellement je ne suis pas d'accord, un pays où plus de 11 millions d'enfants travaillent, un pays où la majorité des gens vivent dans des bidons villes, un pays où 300 millions (sur 1 milliard)de gens vivent sous le seuil de pauvreté, , un pays où le taux d'analphabétisme dépasse les avoisine les 60%, désolée Selim, mais la Tunisie est de loin meilleure que L'Inde, je n'aurais jamais aimé vivre dans la rue illettrée, pour voter pour qui je veux, parce que mm mon vote n'aurait pas de sens vu ma situation

coeos a dit…

l'État se gargarise de cette pseudo reconnaissance internationale. Mais ce ci ne trompe personne, Les tunisiens s'en foutent comme du dernier de leurs soucis de l'année internationale de la jeunesse! Ceci dit, il nous faut recentrer le débat en Tunisie et ne pas opposer la Tunisie sur le plan extérieur et la Tunisie sur le plan intérieur. C'est normal que la stratégie de l'État soit de promouvoir une certaine image extérieure de la Tunisie. A nous de séparer les deux volets et de continuer à imposer aux gouvernants, que sur le plan intérieur, notre prise de conscience politique est irréversible!

Carpe Diem a dit…

@ Sarah : je comprend ta position Sarah et sais très bien que tu défends la liberté d'expression. Nous ne sommes juste pas d'accord sur la notion de priorité des droits. Je pense que cette priorisation des droits devrait encore moins s'appliquer à la Tunisie, un pays qui est souvent classé en tête des pays africains en termes de développement économique et de développement humain. N'est-il justement pas le temps de penser défendre nos libertés et nos autres droits bafoués avec de telles avancées en termes de développement? C'est en tous cas toujours un plaisir de débattre avec toi. Merci!

@Coeos : "A nous de séparer les deux volets et de continuer à imposer aux gouvernants, que sur le plan intérieur, notre prise de conscience politique est irréversible!" Merci pour cette phrase avec laquelle je suis 100% d'accord:) @ bientôt

anonyme17 a dit…

@sarrah : J'ai pas dit que la Tunisie n'est pas tolérante ...ou bien si elle l'a été ou si elle l'est devenue et je me demande pas pourquoi il n'y en a pas eu d'autres ...relis bien ... je le sais tout ça et c'est l'explication que tu as donné ...j'ai seulement dit que je suis pas sûr que les tunsiens accepteraient la construction de lieux de culte non musulmans dans leurs quartiers ...ca serait la seule façon de mesurer notre tolérance ...

Par ailleurs ,je ne mendie rien ni a Chirac ni Sarko .. j'aurais préféré qu'ils se taisent l'un et l'autre ...même s'ils auraient dit le contraire ...ce que a dit Chirac et dans le contexte que l'on sait s'apparente un peu à ceci : L'état vous assure de quoi manger , de quoi se soigner , de quoi s'éduquer et un toit au dessous de vos têtes ..qu'est ce que voulez d'autres ??? vous devez vous estimer heureux et reconnaissants...et arrêter de chialer pour les autres droits et libertés ...vous ne les méritez pas ...

Je ne veux pas polémiquer sur l'exemple de l'Inde qu'a cité Slim , ça nécessiterait des pages et des pages , mais je te dirais seulement que Les libertés fondamentales ne sont pas incompatibles ni avec la misère ni avec la richesse ...

Sarah a dit…

@Carpe Diem: autant pour moi :))) sinon oui, on doit défendre nos droits bien évidemment
@coes: tout à fait d'accord!
@anonyme 17: "je te dirais seulement que Les libertés fondamentales ne sont pas incompatibles ni avec la misère ni avec la richesse": pour moi, avoir un toit, avoir de quoi manger et aller à l'école,c'est même pas une liberté, mais un DROIT fondamental et élémentaire.Question: à quoi ça sert d'avoir une liberté fondamentale quand tu es privé de ton droit le plus élémentaire?

anonyme17 a dit…

@Sarah : réponse :à réclamer mon DROIT le plus élémentaire , sans cette LIBERTE je ne pourrai pas le faire ....:))))

Sarah a dit…

@anonyme 17: un droit fondamental par définition: tu n'as pas à le réclamer, puisqu'il est...fondamental:))
D'où ma seconde question:doit-on avoir le droit de réclamer notre liberté et la liberté de réclamer notre droit?

Sarah a dit…

ps: ou non pas et

Carpe Diem a dit…

@ Sarah : Pourquoi pas avoir les deux?:)

Sarah a dit…

@carpe Diem: parce que je n'ai jamais cru au père noel :)) non sérieusement, on rêve tous d'avoir les deux, mais parfois la réalité te réveille à coups de massues et t'es obligé à mettre tes rêves de côté et devenir plus rationnel...

anonyme 17 a dit…

Merci Slim j'allais dire la même chose .. j'ajouterai à Sarah... Un droit fondamental n'est pas aussi fondamental que tu les penses ... qu'en est-il du droit de travail .. droit de défense ...droit de réunion ... droit de manifester .. droit de grève ... droit à un environnement propre ... etc , tu crois que nous jouissons de tous ces droits "fondamentaux" ????

Carpe Diem a dit…

@ Sarah : ta position me semble plus proche du renoncement que de la rationalité:) La rationalité nous oblige à demander que tous les droits que cite anonyme17 et dont nous sommes toujours privés soient enfin respectés. je pense que c'est un "rêve" accessible...Et qui ne demande rien, n'a rien:)

Sarah a dit…

bon, vous êtes 2 contre moi, mais je vais qd mm essayer de m'en sortir:))
si un droit n'est pas aussi fondamental que je le pense, la liberté n'est pas aussi fondamentale que vous le pensez également... Tous les droits que cités sont des droits,mais après, les qualifier de fondamentaux revient à biaiser le terme "fondamental", d'ailleurs, j'aimerai bien en avoir la définition... pour ma part: le droit à l'éducation est un droit fondamental, le droit à la manifestation est un droit tout court...

anonyme 17 a dit…

@ Sarah : Bonjour , nous ne sommes pas contre toi...du moins pour ma part... je ne sais pour selim :))) nous discutons et c'est tant mieux que nos divergent...il ne s'agit pas ici de savoir si tel droit ou telle liberté est fondamentale ou pas ...c'est un constat de l'état des droits et libertés en Tunisie ...tu penses que les droits cités par Chirac (manger , se soigner , éducation et habitat ) sont suffisants pour nous.... ce dont je ne suis pas d'accord ... nous réclamons d'autres droits et d'autres libertés ...auxquels nous avons droit ...selon la constitution et toutes les conventions et les traités internationaux auxquels la Tunisie a adhéré ...

anonyme 17 a dit…

ooops ...c'est tant mieux que nos avis divergent...

Carpe Diem a dit…

@ Sarah : je confirme que je ne suis contre personne ici:))

@ Anonyme17 : Une question or sujet au passage : n'as tu jamais pensé à ouvrir ton propre blog?:) Je te pose la question parce que je sais que t'es un fidèle lecteur et commentateur de la blogosphère depuis un certain temps!

anonyme 17 a dit…

@ selim : j'y pense ...je le ferai peut être un jour ...pour le moment je préfère me cantonner à la lecture et à quelques commentaires sur des blogs sérieux ...

Sarah a dit…

je sais que vous n'êtes pas contre moi, c'était pour rigoler :)) et oui tant mieux si les avis divergent, ça permet de réfléchir et c'est comme ça qu'on peut avancer...
sinon @anonyme 17:je ne pense en aucun cas que les droits cités par Chirac sont suffisants, mais j'ai dit que ce sont des droits fondamentaux, nuance :) cela ne nous empêche pas, bien évidemment, de demander et réclamer d'autres droits, j'en suis bien d'accord.

Anonyme a dit…

Et la je me dis....où sont les penser et agir, et autres RCDistes pour évoquer le cas de ces malheureux jeunes (ou bien faut-t-il) qu'on attende 2010 l'année mondiale de la jeunesse pour que l'on réagisse ?.....
Je vois qu'Ils ne polluent pas les postes par des preuves et contre preuves en faveur du RCD......

Carpe Diem a dit…

@ Anonyme : bonne question en effet...